Tchad: concert de sifflets contre la candidature de Déby à la présidentielle

Le président tchadien Idriss Déby Itno, à Paris, en décembre 2012.
© Photo AFP / Martin Bureau

Ce jeudi matin, un concert de sifflets a résonné au Tchad. Une manifestation en réponse à l'appel d'une dizaine d'associations de la société civile. Une opération inédite intitulée « sifflet citoyen » pour siffler symboliquement la fin du régime d'Idriss Déby avant la présidentielle du 10 avril.

Certains quartiers de Ndjamena se sont réveillés ce matin avec des coups de sifflet, pour appeler à l’alternance après 25 ans de pouvoir d’Idriss Déby. Certains participants qui n’ont pu se procurer de sifflets, devenus plutôt rares ces derniers jours, se sont débrouillés autrement : « On a fait à la façon traditionnelle, les deux doigts dans la bouche ».

L’opération lancée par la coalition « Trop, c’est trop » a pour objectif d’obtenir l’alternance à la tête du Tchad, comme l’explique Céline Narmadji, porte-parole de la coalition : « Pendant 25 ans, on a tout vu dans ce pays. Donc on siffle la fin de nos souffrances. Au lieu que ce soit la Céni, le Conseil constitutionnel et autres, le peuple tchadien s’engage à être l’arbitre central de ces élections en cours ».

Dans certains quartiers, le tintamarre a commencé plus tôt, et s’est même poursuivi après 18 heures. Dans d’autres, le mouvement a été peu suivi. Ce soir, les populations sont appelées à refaire la même opération à partir de 21 heures.