Afrique du Sud: première campagne de prévention du sida auprès des prostituées

Un centre mobile de détection du sida de Médecins sans frontières (MSF) près d'Eshowe, en novembre 2014.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

L'Afrique du Sud lance le premier programme de prévention du sida auprès des prostituées. Le pays compte environ 6,8 millions de personnes atteintes du virus, soit 18% de la population adulte. Un chiffre trois fois plus élevé encore chez les travailleuses du sexe. D'où cette campagne spécifiquement tournée vers cette population à risque.

Selon le gouvernement, l'Afrique du Sud compte plus de 150 000 hommes et femmes qui se prostituent. Une activité illégale qui marginalise cette population et la rend extrêmement vulnérable à l'épidémie de VIH-sida, vulnérable de par la nature de l’activité, mais également parce que cette population passe à travers les filets de la prévention.

Harcelés par la police, stigmatisés dans les hôpitaux bien souvent ces hommes et ces femmes ne connaissent même pas leur statut et n'osent pas consulter.

Pour le ministre adjoint de la Santé Joe Paahla, si l'Afrique du Sud veut venir à bout de cette épidémie, elle ne peut plus ignorer cette population. « Les travailleurs sexuels font partie des populations à risque. On estime que la prostitution contribue à entre 6% et 20% des nouvelles infections dans le pays. Aussi, il est impératif que nous fassions tout ce que nous pouvons pour prévenir la transmission de ce virus parmi les prostitués », estime-t-il.

Le gouvernement compte ouvrir des services réservés aux prostitués dans les centres de santé où seront disponibles des tests de dépistage, des préservatifs et surtout des antirétroviraux distribués en préventif.

Un premier pas important selon les organisations qui travaillent avec les prostitués. Mais elles regrettent que le gouvernement n'ait pas le courage de légaliser cette profession, ce qui permettrait, selon elles, de régler de nombreux problèmes.