Attaque à Grand-Bassam: Ayrault et Cazeneuve annoncent plus de coopération

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve au restaurant La Taverne, l'un des sites attaqués à Grand-Bassam, le 15 mars 2016.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Les messages de solidarité affluent, après l’attaque qui a visé la station balnéaire de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire dimanche 13 mars. Dix-huit personnes sont mortes, parmi lesquelles quinze civils dont quatre Français. Les ministres français des Affaires étrangères et de l’Intérieur sont arrivés à Abidjan à la mi-journée et sont repartis en fin de journée.

Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve sont repartis peu avant 18h de Grand-Bassam. Une visite menée au pas de charge, pour délivrer un message qui tient en trois mots : compassion, confiance et coopération.

Compassion de la France adressée en premier lieu à Alassane Ouattara qu'ils ont rencontré ce matin, au palais présidentiel à Abidjan. Compassion également auprès des victimes de cet attentat. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a, à ce sujet, rappelé devant la communauté française qu'il a vue dans la journée qu'à chaque fois que la France a été frappée, à la fois à Charlie Hebdo ou au Bataclan, les Ivoiriens avait fait preuve de compassion et de solidarité vis-à-vis des Français dans leur ensemble, et qu'aujourd'hui, Paris se devait d'être au côté d'Abidjan.

Nous sommes venus adresser les condoléances de la France, exprimer la solidarité de la France, exprimer notre amitié mais aussi notre détermination à continuer à travailler ensemble [...] Vous avez l'amour et la passion de ce pays, vous croyez à l'avenir de ce pays
Jean-Marc Ayrault devant la communauté française
15-03-2016 - Par Frédéric Garat

Coopération puisque les ministres ont assisté, au camp d'Akban ce matin, à une intervention simulée de prise d'otage conduite par la gendarmerie nationale des forces d'intervention ivoiriennes, formées par des encadrants du Raid français. C'est ce type de coopération que les autorités ivoiriennes appellent de leurs voeux pour mieux lutter contre le terrorisme. C'est d'ailleurs à ce titre que le ministre Bernard Cazeneuve a indiqué que dans les prochaines semaines, des hommes du GIGN français seraient basés à Ouagadougou, au Burkina Faso, pour aider techniquement, et coordonner si besoin est, des assauts comme ceux qui ont été ici à Bassam dimanche dernier.

Un peu plus tôt dans la matinée, les ministres français avaient apporté un message de soutien de la France à l'égard du président Ouattara et de la Côte d'Ivoire endeuillée...
Les ministres français en Côte d'Ivoire: écoutez le reportage de notre correspondant
16-03-2016 - Par Frédéric Garat

Les présidents du Togo Faure Gnassingbé, et du Bénin Thomas Boni Yayi, étaient attendus à Abidjan ce mardi après-midi pour témoigner eux aussi de leur solidarité auprès de la Côte d’Ivoire.

Autre visiteur, le président de la Commission de l'UEMOA, Cheikh Hadjibou Soumaré, reçu lui aussi par le président de la République ivoirienne, au nom des huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).