Côte d'Ivoire: un Conseil des ministres très symbolique à Grand-Bassam

En marge du conseil des ministres délocalisé, le chef de l'Etat a déposé une gerbe en hommage aux victimes de l'attaque terroriste de dimanche dernier sur la plage de Grand-Bassam.
© REUTERS/Luc Gnago

Alassane Ouattara et toute l'équipe de ses ministres se sont réunis à Grand-Bassam ce mercredi matin, dans la station balnéaire frappée dimanche par un attentat terroriste qui a fait 19 morts. Un Conseil des ministres délocalisé, donc très symbolique, avant lequel le chef de l’Etat a rendu une nouvelle fois hommage aux victimes.

Le bilan de l'attaque terroriste de dimanche s'était alourdi, passant de 18 à 19 personnes tuées. Un corps a été repêché mardi au large de la station balnéaire. Il s’agit du corps d’un homme, un Africain, tué d’une balle dans la tête. Cette découverte accréditerait la thèse, d’après les témoignages, selon laquelle les terroristes ce dimanche ont aussi tiré sur les baigneurs en mer. Onze Ivoiriens, un Nigérian, quatre Français, une Allemande, une Macédonienne, un Libanais... la liste égrainée par le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Koné, étaye ses propos selon lesquels les terroristes de Bassam ont touché les victimes sans distinction.

Un conseil délocalisé

Tout le gouvernement s’est déplacé à Bassam ce mercredi matin pour, dans un premier temps, marquer de leur présence une cérémonie d’hommage conduite par le président Ouattara en personne. Le président de la République ivoirien a déposé une gerbe de fleurs près de l’hôtel Etoile du Sud et a prononcé un discours devant la population, le maire et le préfet de Bassam. Discours où il fut question de la vie qui doit reprendre, malgré tout, malgré ce drame. « C’est dans ces moments d’épreuve que nous devons montrer notre force », a insisté le chef de l’Etat tout de noir vêtu et portant un chapeau de la même couleur.

Peu après s’en est suivie une réunion restreinte de travail avec le président bien sûr, le chef du gouvernement, le ministre de l’Intérieur, celui de la Défense ainsi que le maire et le préfet de la ville. Le Conseil des ministres proprement dit, délocalisé à Bassam, s’est ensuite ouvert au Centre culturel Jean-Baptiste Moké à la mi-journée. Le Premier ministre Daniel Kablan Dunkan, Bassamois lui-même, a eu des mots de gratitude à l’adresse du président, martelant que « malgré l’épreuve les terroristes n’auront jamais raison de notre ardeur au travail, de notre joie de vivre, de notre ouverture sur le monde et de notre hospitalité ».

Annonce de nouvelles mesures de sécurité

Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, égraine les mesures financières décidées pour venir en aide à la ville
17-03-2016 - Par Frédéric Garat

Le renforcement de la sécurité passera par l'augmentation des patrouilles au large des plages à Bassam mais également sur la lagune, où circulent dès aujourd'hui des zodiaques. Un appel à la vigilance générale a été lancé pour prévenir des activités suspectes. « Il faut que tout le monde soit solidaire pour lutter contre le terrorisme », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Un soutien au tourisme a également été décidé, après une réunion entre le président Ouattara, des membres du gouvernement, le préfet de Bassam et le maire de la ville. Ce matin, avant le conseil, il est ressorti qu'une aide immédiate de 200 millions de francs CFA (300 000 euros) irait en direction des hôteliers de Bassam et des restaurateurs qui ont été durement touchés. Une aide d'urgence ventilée par un comité local qui va être mis en place.

50 millions de francs CFA iront aux transporteurs - taxis et bus, et petits vendeurs. La mairie de Bassam touchera elle 50 millions de francs CFA pour des travaux de nettoyage, de remise en ordre et de sécurisation du site. C'est donc une première somme de 300 millions de francs CFA qui est débloquée, a expliqué le porte-parole du gouvernement.

La communauté internationale se mobilise également. Les présidents béninois et togolais, venus hier à Abidjan, ont annoncé une aide de 50 millions de francs CFA chacun en faveur de la Côte d'Ivoire. La France enverra, elle, ce soir, par avion, des médicaments et du matériel médical.