RDC: une libération de Jean-Pierre Bemba le 21 mars est-elle envisageable?

Représentants du bureau du procureur lors du procès de Jean-Pierre Bemba, à La Haye, ce mercredi 12 novembre 2014.
© Crédit BART MAAT / POOL / AFP

A quelques jours du verdict dans l’affaire principale qui oppose à la CPI à Jean-Pierre Bemba, la Cour pénale internationale a tenu, à travers son unité de sensibilisation, à faire une série de mises au point mardi 15 mars devant la presse congolaise. Depuis l’annonce de la date du verdict, il y a beaucoup de spéculations dans les médias ou dans l’opinion. Certains estiment qu’un acquittement de Jean-Pierre Bemba pourrait changer la donne politique en RDC. Ses partisans en tout cas se préparent à fêter le 21 mars et espèrent sa libération le jour même. Mais une libération de l’opposant Jean-Pierre Bemba le 21 mars est-elle envisageable ?

Depuis le transfert de Jean-Pierre Bemba devant la CPI en 2008, ses partisans accusent la Cour de faire le jeu du président Kabila. Mardi, l’unité de sensibilisation de la CPI a à nouveau insisté sur le caractère apolitique de la procédure judiciaire et sur l’impartialité de la Cour à la veille du prononcé du verdict.

En cas d’acquittement et même si la remise en liberté est prononcée, précise la CPI, les deux parties ont la possibilité de faire appel, un appel qui pourrait être suspensif et qui prolongerait le maintien en détention de l’opposant congolais jusqu’au procès en appel. Or Jean-Pierre Bemba est détenu par la CPI sur deux dossiers.

D’abord pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en Centrafrique par ses troupes en 2002 et 2003. C’est le verdict du 21. Mais depuis 2013, l’opposant doit aussi répondre d’une seconde affaire, cette fois de subornation de témoins du dossier centrafricain.

Ce procès-là est toujours en cours, rappelle la CPI. Dans ce dernier dossier, l’opposant congolais risque jusqu’à cinq ans de prison. Jean-Pierre Bemba a déjà passé près de huit ans derrière les barreaux à La Haye. Toutefois il lui faudra attendre le verdict dans ces deux affaires pour connaître son sort. Une chose est sûre : n’en déplaise à ses militants Jean-Pierre Bemba ne sortira pas le 21 mars prochain.