[INFO RFI] RCA: le ravisseur et chef anti-balaka Djié aux mains de la Minusca

Un élément anti-balaka photographié près de Bouca en avril 2014.
© AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

L’information date de plusieurs jours mais on ne l’apprend que maintenant. Dieudonné Ngaïbona, dit Djié, est aux mains de la Minusca. Son nom ne vous dit probablement rien mais c'est ce chef anti-balaka qui aurait enlevé l'an dernier l'humanitaire française Claudia Priest ainsi qu'un prêtre centrafricain, le père Gustav.

Le 19 janvier 2015, le 4x4 blanc à bord duquel se trouvent Claudia Priest et deux religieux centrafricains est arrêté par des hommes armés sur l'avenue qui longe le quartier Boy-Rabe à Bangui. L’un des religieux est relâché mais l'humanitaire française et le deuxième prêtre sont conduits dans un lieu secret.

S'engage un long bras de fer avec les autorités. Les ravisseurs demandent la libération d'un chef anti-balaka, Andilo, alias Rodrigue Ngaïbona, arrêté quelques jours plus tôt par la Minusca. Aux commandes de ce rapt, le frère d'Andilo, Dieudonné Ngaïbona connu sous le pseudonyme de colonel Djié. C'est avec lui que l'archevêque de Bangui Mgr Nzapalainga discutera durant quatre jours pour obtenir la libération des otages.

Depuis, le colonel Djié avait disparu des radars, réapparaissant épisodiquement dans sa région de Bouca à quelques centaines de kilomètres au nord de Bangui. Il est soupçonné par la justice d'être lié à d'autres enlèvements comme celui du ministre Armel Sayo, peu de temps après le rapt de la Française. La justice centrafricaine souhaite enquêter sur son implication présumée dans un certain nombre d'attaques et de braquages, au côté de son frère ou non.

De source sécuritaire, Djié Ngaïbona a été arrêté le 1er mars à Kaga-Bandoro alors qu'il semait le trouble dans des sites de déplacés. Détenu depuis à Bossangoa, il devrait être transféré sous peu à Bangui.