Niger: hommage au chef d’escadron tué à Bosso par des kamikazes

Obsèques nationales à Niamey, ce samedi 19 mars 2016, du chef d’escadron, Ibrahima Idé, tué par des kamikazes.
© RFI/Marie-Pierre Olphand

Au Niger, les obsèques du chef d’escadron tué à Bosso, jeudi 17 mars, par une attaque de cinq kamikazes venus du Nigeria, ont eu lieu ce samedi 19 mars au matin. Cette cérémonie a été organisée après celle de vendredi qui avait rendu hommage aux trois gendarmes tués, eux, mercredi soir, à l’ouest du pays, à la frontière du Burkina Faso, dans une autre attaque. Ce samedi matin, la cérémonie officielle était présidée par le chef de l’Etat en présence des différents corps d’armées.

Ce matin, à 9h, sous un soleil déjà chaud, quatre sapeurs-pompiers portaient sur un brancard le corps du chef d’escadron, Ibrahima Idé, recouvert du drapeau nigérien. Le chef de bataillon, chargé de prononcer l’oraison funèbre, a ensuite rendu hommage à ce père de huit enfants tué par l’explosion d’un kamikaze : « Chef d’escadron Ibrahima Idé, tu nous quittes pendant une opération dans le bassin du lac Tchad. Tu nous devances mais tu resteras à jamais dans nos cœurs. Qu’Allah, le tout puissant, t’accueille dans son paradis. »

Le défunt a ensuite été décoré par Hassoumi Massaoudou, ministre de la Défense par interim.

Vêtu de blanc, le président Mahamadou Issoufou s’est incliné, à son tour, devant la dépouille, en silence, avant d’aller présenter ses condoléances aux familles abritées sous une tente. Le corps a ensuite été chargé à bord d’un pickup rouge à destination du cimetière de Yantala.

Menace « toujours bien présente »

L’attaque dans laquelle le chef d’escadron a trouvé la mort prouve que la menace terroriste est « toujours bien présente au Niger », reconnaît le ministre de la Défense par interim mais sous une forme différente.

« Aujourd’hui, ce à quoi nous avons affaire, c’est à quelques incursions de quelques individus avec des ceintures d’explosifs. C’est la dernière forme et c’est une forme désespérée. Et de celle-là aussi, nous viendrons à bout », a-t-il affirmé.

Hassoumi Massaoudou a par ailleurs assuré que l’attaque de Bosso, qui a coûté la vie au chef d’escadron, n’a aucun lien avec le scrutin présidentiel de demain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.