Référendum constitutionnel au Sénégal: un scrutin test pour Macky Sall

La caravane du président Macky Sall en campagne pour le «oui», ici à Guediawaye, dans la banlieue de Dakar, le 17 mars 2016.
© RFI/Guillaume Thibault

Le Sénégal vote ce dimanche 20 mars lors d’un référendum pour valider ou non le projet de réforme constitutionnelle proposée par le président Macky Sall. Mais ce scrutin permettra aux différentes forces politiques de juger leur poids dans la société.

Quatre ans quasiment jour pour jour après son élection, Macky Sall se confronte à un véritable test. Elu avec plus de 65 % des suffrages en 2012, le chef de l’Etat pourra voir à l’issue de ce référendum si sa cote de popularité est toujours aussi bonne ou si sa gouvernance, et surtout le non-respect de tenir sa promesse de réduire son mandat en cours de sept à cinq ans suite au refus du Conseil constitutionnel, a eu un impact négatif sur la population.

Ce « wax-waxhet », « dire et se dédire » en wolof, a été le principal argument du camp qui appelle à voter « non ». Il reproche aussi au chef de l’Etat de proposer une réforme en 15 points qui n’aura aucun impact sur le fonctionnement du pays. Il estime enfin que la campagne, très courte, n’a pas permis d’expliquer la réforme à la population.

Faire de la pédagogie, expliquer que sa réforme va modifier la durée du prochain mandat présidentiel de sept à cinq ans, que l’Assemblée nationale disposera de nouveaux pouvoirs, que les citoyens auront de nouveaux droits, le chef de l’Etat a cherché à le faire en parcourant le Sénégal cette semaine, en allant autant dans la ville sainte de Touba que dans les campagnes reculées.

Macky Sall n’a pas le choix. Il veut à a fois un fort taux de participation et une très large victoire, car il sait que ce sont des arguments que le camp du « non » utilisera si son succès n’est pas total.


Référendum, mode d’emploi

« L’organisation d’une consultation, c’est toujours difficile ». La déclaration est d’Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur, responsable de ce scrutin. 5,5 millions d’électeurs sont invités à voter ce dimanche dans plus de 12 000 bureaux de vote. Le matériel – urnes, bulletins, procès-verbaux – a quitté Dakar il y a dix jours, notamment pour arriver à temps dans les régions les plus reculées, comme la boucle du fleuve Sénégal et la Casamance.

Les bureaux seront ouverts de 8h à 18h. Les préfets auront la possibilité de prendre des arrêtés pour prolonger le vote si besoin. Mais quoi qu’il arrive, les électeurs devront se présenter avant l’heure de fermeture prévue par la loi. Pour voter, il est obligatoire de présenter sa carte d’identité et sa carte d’électeur, comme l’exige l’article 76 du code électoral. Pour faciliter le scrutin, les deux bulletins ont des couleurs différentes : blanc et noir pour le « oui », rose et blanc pour le « non ».