Madagascar: la littérature francophone pourrait se développer

Jean Bofane, lauréat 2015 du Prix des cinq continents de la Francophonie, pour son roman «Congo Inc.», aux Editions Actes Sud.
© RFI

C’est, ce dimanche 20 mars 2016, la Journée internationale de la francophonie. Dans le monde, il y a 275 millions de francophones. Avec le malgache, le français est la langue officielle sur la Grande Ile mais la langue française n’est parlée que par moins de 20% de la population, selon les estimations de 2004 de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les auteurs de littérature francophone sont peu nombreux mais les parents sont demandeurs de livres en français. La littérature francophone pourrait donc se développer.

Il est d’origine congolaise, mais il a choisi d’écrire en français. Jean Bofane, auteur de  Congo inc., qui a remporté le Prix des cinq continents l’année dernière, explique qu’il aime cette langue française, avec ses nuances et sa richesse. C’est aussi, pour lui, une manière de contribuer au développement de la langue.

« Aujourd’hui, on se rend bien compte que c’est la francophonie qui va sauver le français. Il suffit de voir leur littérature. Quand on voit les écrivains haïtiens, les écrivains africains, on voit bien qu’ils s’expriment partout, qu’ils sont en train d’apporter quelque chose au français. Ils sont en train de renouveler le français parce qu’une langue a besoin d’être renouvelée et je crois que nous, nous sommes en train de faire ce travail-là », estime Jean Bofane.

Avec 275 millions de francophones dans le monde, le français permet aussi de toucher un public vaste pour un auteur. Néanmoins, à Madagascar, la littérature francophone reste peu représentée comme l’explique Marie Michelle Razafintsalama, présidente de l’Association des éditeurs de Madagascar.

« Il y a encore très peu de Malgaches qui maîtrisent vraiment la langue française. Par contre, moi, ce que je constate c’est qu’il y a quand même un marché pour les livres bilingues. Car en effet, les enfants seront obligés de l’utiliser, à un moment donné, dans leur cursus; et puis il y a beaucoup de parents qui pensent qu’il faut que l’enfant maîtrise le français sinon il ne réussira pas dans sa vie », constate Marie Michelle Razafintsalama. Ils sont prêts, selon elle, à acheter des livres en français importés, même s’ils sont plus chers .

La présidente de l’Association des éditeurs de Madagascar estime ainsi que le marché de la littérature francophone peut se développer dans la Grande Ile.