Afrique du Sud: l’ANC tente de désamorcer l'affaire Gupta

Le président sud-africain Jacob Zuma a reçu le soutien de son parti.
© REUTERS/Nic Bothma/Pool/Files

En Afrique du Sud, le comité exécutif de l'ANC se réunissait ce week-end, quelques jours après les révélations du vice-ministre des Finances, qui assure s'être vu offert le poste de ministre des Finances par la riche et puissante famille Gupta. La dynastie Gupta, proche de Jacob Zuma et qui a de gros intérêts en Afrique du Sud, est, depuis, soupçonnée d'avoir la mainmise sur l'appareil d'Etat. Le week-end a été marqué par de nouvelles révélations mais l'ANC ne lâche pas Zuma pour autant.

A l'issue de la réunion de son comité exécutif, l'ANC a renouvelé sa pleine confiance au président Jacob Zuma et coupé court aux rumeurs annonçant un remaniement ministériel imminent.

Le secrétaire général du parti assure que tous les membres de l'ANC qui ont fait des révélations au sujet de la famille Gupta « seraient protégés ».

Ce dimanche, l'ancien directeur de l'organisme de la communication gouvernementale a témoigné dans la presse. Il dit avoir reçu un appel de Jacob Zuma juste avant une réunion avec la famille Gupta.

L'ANC demande des preuves

Le président sud-africain lui aurait demandé « d'aider » les Gupta. Ceux-ci souhaitaient que les publicités gouvernementales soient publiées en priorité dans le journal qu'ils dirigent, afin de bénéficier directement de cette manne financière.

Le secrétaire général de l'ANC a demandé à ce que des preuves soient apportées par ceux qui ont porté des accusations contre la famille Gupta alors que l'Alliance démocratique (opposition) demande une enquête de la médiatrice de la République.

Trois importantes fondations ont fait part de leurs inquiétudes : la Fondation Ahmed Kathrada, la Fondation Nelson Mandela et la Fondation Tambo lancent un appel conjoint pour demander à l'ANC de prendre des mesures rapides et d'ouvrir une enquête.