Cap-Vert: l’opposition remporte la majorité absolue aux législatives

Ulisses Correia e Silva, président du MpD, le parti qui a remporté les élections législatives de dimanche, revenant au pouvoir après 15 ans dans l'opposition.
© RFI/Neidy Ribeiro

Au Cap-Vert, le Mouvement pour la démocratie (MPD), principale formation de l’opposition cap-verdienne, a remporté la majorité absolue lors des élections législatives de dimanche 20 mars. Le Parti africain pour l’indépendance du Cap-Vert (PAICV) était au pouvoir depuis quinze ans dans ce pays doté d'un régime semi-présidentiel. Le scrutin s'est déroulé sans heurts dans cet archipel d'Afrique de l'Ouest, après une campagne qui a, elle aussi, été un exemple de démocratie.

Le MPD a été le grand vainqueur en recueillant 53,7 % des voix contre 37 % pour le PAICV, pour un taux de participation de 69 %, selon les résultats publiés par la Commission nationale électorale.

C’est un processus électoral qui s’est déroulé dans le calme. Le parti au pouvoir, le PAICV, a bien accepté la défaite et la population, de son côté, a bien accepté les résultats.

Sur place, RFI, a pu constater l’existence d’une réelle liberté d’expression. Pendant la campagne, nous avons assisté à différents débats entre les candidats et les journalistes ont pu travailler en toute liberté et bien faire leur travail.

Après le comptage des voix et une heure après après la fermeture des bureaux, les résultats ont été aussitôt publiés sur Internet et accessibles, sur le site, à tout le monde. En effet, dimanche, les bureaux de vote ont fermé à 18h, heure locale et à 20h30, on connaissait déjà les résultats. C’est vraiment exceptionnel.

Le président de la République du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, a félicité lundi les vainqueurs de ces élections législatives et estimé que « la démocratie a triomphé ».

Le président du MPD, Ulisses Correia da Silva a, pour sa part, promis de commencer à travailler « immédiatement » pour mettre le pays sur la voie de la croissance économique.