Premiers meetings en vue de la présidentielle au Tchad

Le président tchadien Idriss Déby a tenu son meeting de campagne dimanche après-midi en répondant aux coalitions de la société civile.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Au Tchad, la campagne électorale en vue de la présidentielle du 10 avril prochain a commencé ce dimanche. A cette occasion, plusieurs candidats, dont le président sortant Idriss Déby, ont organisé des meetings.

Ce sont les fédéralistes Béassemda Julien et Brice Guedmbaye Mbaimon qui ont ouvert le bal en matinée par des manifestations.

L’après-midi, deux meetings ont eu lieu. Le plus impressionnant a été celui du candidat Idriss Déby qui a réuni des milliers de personnes place de la Nation, en face du palais présidentiel.

Une occasion pour le chef de l’Etat de défendre son bilan, mais aussi d’envoyer un coup de patte aux coalitions de la société civile, Iyina et « Trop, c’est trop », qui appellent à son départ : « Ils disent Iyina, ils disent "Trop, c’est trop", mais nous leur disons nous aussi, Iyina, trop, c’est trop. Qu’ils arrêtent ! »

Kebzabo à Massenya et Dourbali

Le candidat Clément Bagaou, lui, a lancé sa campagne dans le 9e arrondissement en appelant à mettre fin au régime d’Idriss Déby Itno. « Le peuple tchadien est au rendez-vous de son destin, explique son responsable de la campagne. Cette élection ne doit pas être comme les autres, mais elle doit nous donner l’occasion de prendre nos responsabilités pour mettre fin au chaos. »

 → A (RE)LIRE : Présidentielle au Tchad: polémique sur le temps de parole accordé aux candidats

Le chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo, lui, a choisi de lancer sa campagne dans les villes de Massenya et Dourbali avant de regagner la capitale dimanche soir à la tête d’un impressionnant cortège.