Tchad: un leader de la société civile anti-cinquième mandat arrêté

(Photo d'archive) La police tchadienne a interpelé un leader de la société civile lundi 21 mars 2016.
© REUTERS/Moumine Ngarmbassa

Mahamat Nour Ibedou a été interpelé lundi par la police tchadienne. Secrétaire général de la convention tchadienne pour la défense des droits de l’homme, il fait partie d’un collectif qui s’apprête à organiser des marches pacifiques ce mardi ainsi que le 29 mars prochain.

Mahamat Nour Ibedou, un des porte-parole de la coalition des associations et syndicats de la société civile qui s’oppose à la candidature du chef de l’Etat Idriss Déby pour un cinquième mandat a été interpelé lundi et placé en garde à vue par la police.

Dans l’après-midi, c’est au tour de Nadjo Kaïna, un des porte-parole de la coalition Lyina (« Nous sommes fatigués », en arabe), qui poursuit le même objectif, d’être convoqué par la police, mais il ne s’y est pas rendu. Lundi soir, il était activement recherché par les services de sécurité.

La coalition Lyina a appelé à une marche pacifique ce mardi pour protester contre la candidature du chef de l’Etat tchadien à la présidentielle du 10 avril prochain. Une autre marche est prévue dans une semaine avec le même objectif.

Manifestations interdites

Mais samedi déjà, le ministre de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bâchir, avait interdit toute manifestation autre que la campagne électorale.

Dimanche, au cours de son meeting d’ouverture de campagne, le chef de l’Etat a attaqué la société civile, qui s’oppose à sa candidature. « Ils sont fatigués de nous ? Nous aussi sommes fatigués d’eux », a lancé Idriss Déby. Les interpellations de ce lundi semblent faire écho à cette sortie.