RDC: un possible report de la présidentielle agite la sphère politique

Le président Joseph Kabila, le 3 février 2015.
© AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

Dans un entretien à la Voix de l'Amérique, le patron de la Céni a fait le constat que la présidentielle ne pouvait être organisé dans les délais constitutionnels que si les acteurs politiques renonçaient à réviser le fichier électoral, ce qui nuirait à la crédibilité du scrutin. Corneille Nangaa s'est dit prêt à saisir la Cour constitutionnelle pour demander un report de la présidentielle. Une déclaration d'intention qui a suffi à lancer un débat politico-juridique sur l'éventualité d'un report de la présidentielle.

Pour la majorité, « Corneille Nangaa est dans son droit de solliciter son avis à la cour constitutionnelle ». Elle tient pour acquis que le président Kabila restera président jusqu'à l'organisation de l'élection, quel que soit le temps que ça prendra. Elle s'appuie sur un passage de l'article 70 de la Constitution : « A la fin de son mandat, le président reste en fonction jusqu'à l'installation effective du nouveau président élu. »

« Du nouveau président élu, article indéfini, signifie bien qu'il y a eu élection et que son successeur est déjà élu », rétorque une plateforme de la société civile. Pour la coordination pour le respect de la Constitution, il n'y a que de deux mandats de cinq ans et pas un jour de plus. C'est l'avis du G7 et de la Dynamique de l'opposition. Cette dernière promet déjà des actions de grande envergure et parle d'un ballon d'essai du président de la commission électorale sur ordre du gouvernement.

La G7 en appelle au Conseil de sécurité

Le G7 dénonce le caractère inconstitutionnel d'une requête de la Céni auprès de la Cour constitutionnelle. La commission électorale ne peut demander un report de la présidentielle que si la vacance du pouvoir est déjà constaté et que c'est un cas de force majeur.

Et alors que les discussions ont commencé à New York, ces sept anciens partis de la majorité demandent au Conseil de sécurité de donner un mandat plus fort à la Monusco, notamment pour le respect des droits de l'homme et la stabilisation de la démocratie.

 → A (RE)LIRE : RDC: réactions de Kinois à un éventuel report des élections