Tchad: médiation entre les autorités et des organisations de la société civile

Place de la Nation, à Djamena, Tchad.
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Au Tchad, un mouvement de protestation s’élève contre la candidature du président Idriss Déby pour un cinquième mandat. Et alors que la campagne pour la présidentielle du 10 avril bat son plein, ces organisations ont appelé à la grève générale et illimitée sur tout le territoire à partir de ce vendredi. Une médiation est en cours pour arrêter le mouvement.

Au Tchad, le mot d’ordre de grève a été plutôt largement suivi, surtout dans le secteur de la santé où les hôpitaux ont tourné au ralenti. Seul le service minimum, c’est-à-dire les urgences, a été assuré. Dans l’administration, les bureaux étaient ouverts, mais il n’y avait pas d’agent. C’était notamment le cas au ministère des Finances.

Pendant ce temps, le médiateur national a entrepris de jouer les bons offices entre le gouvernement et la société civile. Des démarches sont en cours pour libérer les quatre leaders placés sous mandat de dépôt jeudi. En échange, les syndicats devraient lever le mot d’ordre de grève à partir de lundi. Une conférence de presse est annoncée, on saura à ce moment la suite que la société civile réserve aux actions qu’elle a prévues, et notamment à la marche pacifique annoncée pour le 29 mars prochain.