Burundi: le parti au pouvoir charge le Rwanda et l'Eglise catholique

Le siège du parti du président au pouvoir, le CNDD-FDD à Bujumbura.
© AFP PHOTO/PHIL MOORE

Le parti au pouvoir au Burundi s’en prend à l’Eglise catholique pour son rôle dans la crise au Burundi. Dans un communiqué, le CNDD-FDD reproche à certains religieux leur « activisme inconsidéré ». Le parti reproche aussi au président rwandais Paul Kagame d’avoir voulu « exporter le génocide » au Burundi.

C’est une attaque en règle contre l’Eglise catholique. Elle n’a plus de « rôle spirituel, mais uniquement politique », écrit le CNDD-FDD.

La charge a de quoi étonner alors que les catholiques célèbrent Pâques, la fête la plus importante du christianisme. Il est vrai que les évêques avaient appelé, début mars, à des négociations avec l’opposition. La conférence des évêques avait soutenu qu’un tel dialogue ne pouvait pas être refusé par un « politicien croyant, aimant Dieu ». Une allusion à peine voilée au président Pierre Nkurunziza.

Pas question de négocier avec des « terroristes putschistes »

Le gouvernement du Burundi avait déjà accusé, à la mi-mars, des responsables de certaines Eglises de semer « la zizanie et la désolation » en prêtant « main-forte aux fauteurs de troubles et aux terroristes ».

Dans son dernier communiqué, le CNDD-FDD répète qu’il n’est pas question de négocier avec des « terroristes putschistes ». Par ailleurs, le CNDD-FDD accuse le président du Rwanda, Paul Kagame, de vouloir « exporter » le génocide au Burundi et de « jouer au petit impérialiste ».

Pour lire le communiqué du CNDD-FDD cliquez ici.