RDC: collecte en faveur du militant Christopher Ngoyi, incarcéré et malade

L'activiste congolais Christopher Ngoyi ( à gauche) à la sortie de l'audience devant la cour suprême remercie l'opposant martin Fayulu ( au centre) d'être venu le soutenir, le 14 mars 2016.
© RFI/Sonia Rolley

En République démocratique du Congo (RDC), une collecte en faveur de Christopher Ngoyi Mutamba a été lancée vendredi 25 mars. Cet activiste des droits de l'homme, incarcéré depuis plus d'une année à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, est malade. Ses proches disent qu'il a été empoisonné. L'administration pénitentiaire considère que s'il a besoin de soins médicaux, il devra les prendre en charge. La défense du prisonnier malade a également besoin d’argent pour mieux faire son travail.

Ce militant de la Société civile avait été arrêté en janvier 2015, au moment des manifestations à Kinshasa contre la réforme du Code électoral. Depuis, son procès s'est ouvert et Christopher Ngoyi Mutamba est officiellement accusé d’incendie volontaire, actes de pillage et incitation à la haine raciale. En septembre 2015, l'ONU avait reconnu comme arbitraire sa détention.

Vendredi 25 mars, la Société civile a organisé une conférence de presse au Centre Carter de Kinshasa pour lancer une collecte en faveur de Christopher Ngoyi Mutamba. Car ce prisonnier de 45 ans, en détention depuis plus d’une année, est malade. Ses proches soupçonnent un empoisonnement. « Il y a eu d’autres manifestations, dont notamment des urines noirâtres, et même des selles noires, qui sont pour ceux qui le savent, des symptômes d’empoisonnement », a déclaré Maître Patrick Ntambwe Ngoyi, fils et conseil de Christopher Ngoyi Mutamba.

Cependant, Christopher Ngoyi Mutamba n’est pas au courant du diagnostic établi par les médecins du Centre hospitalier Nganda qui l’ont examiné. « Les analyses toxicologiques n'ont pas été faites. Il a été abandonné par l’Etat - c’est une sorte de torture morale - pour payer lui-même les factures de son hospitalisation de plus de 3 000 dollars et supporter des policiers », ajoute Me Patrick Ntambwe Ngoyi. Les fonds seront destinés aux soins médicaux, mais aussi au collectif de la défense du prisonnier Ngoyi Mutamba.