Afrique du Sud: violences et tensions autour de la grève des éboueurs

Un monceau d'ordures dans les rues de Durban, en Afrique du Sud, lors d'une précédente grève des éboueurs (photo d'archives).
© RAJESH JANTILAL / AFP

En Afrique du Sud, environ 4 000 éboueurs de la compagnie de ramassage des ordures Pikitup sont en grève illégale depuis plusieurs semaines. Ces derniers jours, la compagnie publique a donc mis en œuvre un plan de nettoyage d'urgence, en faisant appel à des travailleurs intérimaires. Cette décision a fait monter la tension d'un cran et entraîné des violences.

Cela fait 15 jours que le centre-ville de Johannesburg est couvert d'ordures. Non seulement les éboueurs en grève ne ramassent plus les poubelles, mais ils viennent aussi chaque jour les éventrer et les disperser dans la rue.

Les 4 000 éboueurs en grève dénoncent la disparité de leurs salaires et réclament des augmentations. Ils veulent également obtenir la démission de la directrice du service de gestion des déchets de Johannesburg, accusée de corruption.

Alors que les négociations piétinent, la compagnie Pikitup vient de lancer un plan de nettoyage d'urgence, en faisant appel à un sous-traitant et à des travailleurs intérimaires. Mais ceux-ci sont victimes de violences et d'intimidations.

Mercredi soir, deux camions de la compagnie sous-traitante ont été la cible de tirs près de Soweto, ce qui a entrainé une collision entre les deux véhicules. Samedi soir, des travailleurs intérimaires ont reçu des jets de briques et de pierres dans le township d'Alexandra. L'un d'eux a été poignardé.

La ville de Johannesburg a annoncé l'arrestation de deux suspects et la compagnie Pikitup a fait savoir qu'elle allait renforcer la sécurité autour de ses opérations de nettoyage.

→ A (re)lire : Une grève des éboueurs touche durement Johannesburg