Parc national des Virunga en RDC: la mise en garde de l'ICCN

Une vue du parc national des Virunga, province du Nord-Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo.
© MONUSCO/Sylvain Liechti

L'institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) a porté plainte après la mort de deux gardes du parc national des Virunga il y a une dizaine de jours. Des hommes en armes avaient attaqué deux de ses positions à Chondo et Kawu, sur les rives du lac Edouard. L'enjeu, c'est la pêche illicite dans le lac et les revenus qu'elle procure. Dans le territoire du Rutshuru, ce sont pratiquement 200 km2 du parc qui sont occupés pour y habiter, faire de l'agriculture ou de la pêche. L'ICCN parle de réseaux mafieux et dit mener des opérations conjointes avec l'armée congolaise pour restaurer l'autorité de l'Etat. Alors pourquoi cette plainte ? Le directeur de la communication de l'ICCN au Nord-Kivu, Joel Wengmulayi, répond aux questions de Sonia Rolley.

L'ICCN appelle également les populations locales à se désolidariser des groupes armés et signale que toute personne qui exploitera ou occupera du terrain de manière illégale sera considérée comme une force négative.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.