RCA: la France va mettre fin à l'opération Sangaris en 2016

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à la sortie d'un conseil des ministres à l'Elysée, le 24 mars 2016.
© REUTERS/Gonzalo Fuentes

La France va mettre fin en 2016 à Sangaris, son opération militaire en République centrafricaine, estimant sa mission de restauration de la sécurité accomplie après trois ans de sanglants affrontements intercommunautaires, a annoncé à Bangui le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian ce mercredi 30 mars.

« En l’espace de deux années, l’armée française a réussi à remplir l’ensemble des objectifs qui lui avaient été assignés », a déclaré le ministre venu assister à la cérémonie d'investiture du nouveau président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, élu le 14 février dernier.

« Elle s’apprête à transmettre à la Minusca, ainsi qu’à la future mission européenne EUTM RCA, une situation stabilisée avec une transition politique réussie. Et c’est une évidence, il faut savoir avoir la réactivité d’ouvrir une opération extérieure, il faut aussi savoir fermer une opération extérieure. C’est donc avec la satisfaction du devoir accompli », a-t-il ajouté.

Une réduction progressive du contingent en 2016

« Bien sûr tout n'est pas résolu, mais nous voyons enfin le pays sortir d'une longue période de troubles et d'incertitudes », a-t-il poursuivi devant les forces françaises stationnées à l'aéroport M'Poko.

La France, ancienne puissance coloniale qui avait lancé dans l'urgence l'opération et mobilisé jusqu'à 2 500 soldats au plus fort des tensions, compte encore 900 hommes en Centrafrique, un contingent qu'elle réduira progressivement au cours de l'année. Le ministre français de la Défense n'a toutefois pas donné de calendrier précis de retrait.

Quelques éléments français continueront aussi à assurer la sécurité de l'aéroport. Les soldats français stationnés en Côte d'Ivoire et au Sahel seront par ailleurs « prêts à intervenir rapidement » si nécessaire, a indiqué Jean-Yves Le Drian.

Les raisons de ce désengagement sont d’abord financières : rien que les trois premiers mois, la mission avait déjà coûté 100 millions d’euros. Il s’agit aussi d’un choix stratégique car la France est également engagée sur d’autres tableaux comme au Sahel. Les effectifs actuels de Sangaris devraient être divisés par 3 d’ici la fin de l’année : 300 soldats français devraient rester sur place.

Mais comme les missions onusiennes et européennes, Sangaris c’est aussi 14 soldats français suspectés d’abus sexuels sur des mineurs. Des enquêtes sont en cours en France, mais aucune n’a abouti pour l’instant.