RDC: l’ONU s’apprête à renouveler le mandat de la Monusco dans un contexte tendu

Des soldats de la Monusco, le 23 octobre 2014 à Béni en RDC.
© AFP PHOTO / ALAIN WANDIMOYI

Le Conseil de sécurité des Nations unies va renouveler ce mercredi 30 mars, pour un an, le mandat de la Mission des Nations unies au Congo, la Monusco. Contrairement aux recommandations du secrétaire général Ban Ki-moon de décembre 2015, l’ONU n’envisage la réduction de ses effectifs que si des progrès notables sont réalisés sur le terrain. Le Conseil prêtera donc une attention toute particulière à la reprise des opérations conjointes entre la Monusco et des Forces armées de RDC (FARDC) dans l’est du pays pour combattre les groupes rebelles. La protection des civils sera un autre élément déterminant alors que les violations des droits de l’homme se multiplient dans un contexte pré-électoral très tendu.

Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Le renouvellement du mandat de la Monusco est un bras de fer annuel entre l’ONU et les autorités de Kinshasa qui souhaitent voir partir cette opération de maintien de la paix, en place depuis 16 ans dans le pays.

Mais cette année, le vote, qui se tiendra ce mercredi 30 mars, intervient dans un contexte très particulier avec la fin du mandat de Joseph Kabila et la crainte de le voir se maintenir au pouvoir et ouvrir une nouvelle crise constitutionnelle au cœur de l’Afrique centrale.

Pas question dans ces conditions de réduire de 1 700 le nombre de ses casques bleus, comme l’avait recommandé le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon en décembre dernier. La résolution laisse toutefois entrouverte une porte de négociation si des progrès substantiels sont réalisés sur le terrain.

Les civils entre deux feux

Mais c’est peu dire que l’ONU n’y croit pas tant elle met l’accent sur la protection des civils qui sont les premières victimes des groupes armés opèrant dans l’est, mais aussi des forces de sécurité nationale dans ce contexte préélectoral très tendu.

Le Conseil de sécurité rappelle d’ailleurs la date butoir de novembre 2016 pour la tenue des élections, mais il omet de préciser ce qu’il peut advenir de la mission au cas où Joseph Kabila s’accrocherait au pouvoir.

Autre écueil, la lutte contre les groupes armés rebelles : l’ONU souhaiterait voir une intensification des opérations. La Monusco a d’ailleurs signé un accord de coopération avec les forces gouvernementales. Dans cet accord, les opérations ne sont plus conjointes mais coordonnées et ce sont les FARDC qui font le choix de faire appel ou non aux casques bleus pour une assistance dont elles déterminent le contenu.

Autant dire que ce nouveau mandat de la Monusco, que l’ONU voulait plus stratégique et politique, risque de se heurter à nouveau au refus des Congolais de coopérer.