Mali: le gouverneur de la nouvelle région de Taoudéni investi

Sidi Brahim Ould Sidatte de la CMA (gauche) et Moulaye Ahmed Ould Moulaye Rigani de la Plateforme (droite), dans les locaux de la Minusma à Tombouctou, lors de l’élaboration du document commun sur la région de Taoudéni.
© RFI/David Baché

Au Mali, le premier gouverneur de la toute nouvelle région de Taoudéni va prêter serment ce jeudi à Tombouctou. Les autorités maliennes ont acté en janvier dernier la création de deux nouvelles régions dans le Nord : Ménaka à l'est, et Taoudéni à l'ouest. Cette nouvelle région doit permettre de renforcer la présence de l'administration malienne, mais aussi de mieux sécuriser cet immense territoire.

La nouvelle région de Taoudéni est vaste : plus de 320 000 kilomètres carrés, un cinquième du Mali, pour une population très faible, estimée entre 70 000 et 140 000 habitants. Les cercles et les communes ne sont pas encore fixés de façon définitive. Et le rattachement des communautés locales à ces nouvelles entités est en cours.

Riccardo Maia, le chef de la Mission des Nations unies à Tombouctou, s’est impliqué en tant que médiateur dans ce travail mené par les autorités maliennes et par les groupes armés signataires de l'accord de paix : « C’est un énorme espace politique qui s’ouvre, pas seulement mais surtout pour la communauté arabe qui a longtemps demandé cet espace. Donc déjà cela est un élément de stabilité. Deuxièmement, il y a la perspective réelle du retour des réfugiés. Ça serait un élément extraordinaire de retour à une vie normale. Cette nouvelle région confirme une alliance franche entre l’Etat malien et les communautés arabes du Nord. Je pense qu’ils y voient l’opportunité d’avoir un espace lié à leur mode de vie et à leurs sociétés traditionnelles, mais dans le cadre d’un Mali uni. »

Le premier gouverneur de Taoudéni, Abdoulaye Alkadi, n'a pas souhaité s'exprimer au micro de RFI avant de prêter serment, aujourd'hui même, mais il a déjà expliqué que ses priorités seraient de déployer rapidement l'administration, de sécuriser la région, et d'œuvrer à son développement économique.