Scandale de Nkandla: la justice ordonne à Jacob Zuma de rembourser

Le président sud-africain Jacob Zuma.
© REUTERS/Nic Bothma/Pool/Files

C'est un revers de taille pour le président Jacob Zuma. Ce jeudi matin, la Cour constitutionnelle a ordonné au président sud-africain de rembourser une partie de l’argent déboursé pour sa résidence privée. Quinze millions d’euros d’argent public avaient été utilisés pour rénover la propriété de Nkandla.

C’est un verdict accablant qu’a lu ce vendredi matin le président de la Cour constitutionnelle, le juge Mogoeng Mogoeng. La justice a ainsi ordonné au chef de l’Etat de rembourser un pourcentage « raisonnable » des coûts de rénovation de sa propriété de Nkandla.

Mais surtout le juge a estimé qu’en refusant d’obtempérer aux ordres de la médiatrice de la République et de rembourser, le chef de l’Etat a « failli à ses devoirs de défendre et de faire respecter la Constitution ». En d’autres termes, il a enfreint la Constitution.

Un verdict lourd de conséquences puisque qu'il ouvre la porte à une éventuelle procédure de destitution. D’ailleurs, en sortant de la Cour constitutionnelle, le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique, a annoncé qu’il lançait une procédure. Puis un deuxième parti d’opposition, les les Combattants pour la liberté économique (EFF) de Julius Malema, qui est à l’origine de cette plainte, a appelé les Sud-Africains à descendre dans la rue pour demander la destitution du chef de l’Etat.

Pour l’instant, la présidence n’a publié qu’un simple communiqué indiquant que le chef de l’Etat avait pris note de ce verdict et allait l’étudier. Son parti l’ANC, a annoncé une réunion de son comité exécutif dans la journée pour étudier le verdict. Ce qui est sûr, c’est que pour l’ANC c’est une situation très délicate. Elle soutient coûte que coûte le président Zuma depuis des années, embourbé dans une série de scandales. Un soutien qui devient de plus en plus difficile alors qu’il y a des élections locales dans quelques mois.

Désormais, Jacob Zuma a 45 jours pour rembourser la somme décidée par le juge.

La résidence secondaire du président Jacob Zuma à Nkandla au coeur du scandale en Afrique du Sud. © AFP PHOTO / MARCO LONGARI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.