Republier
RCA

RCA: faible engouement pour le second tour des législatives

Préparation d'un bureau de vote à Bangui pour la présidentielle et les législatives en RCA, le 14 février 2016.
© REUTERS/Siegfried Modola

En Centrafrique, au lendemain de l'investiture historique du nouveau président s’est tenu le second tour des élections législatives. Et ce jeudi, le scrutin n’a pas suscité un véritable engouement dans le pays.

Dans tous les bureaux de vote de la capitale, c'est le même constat, quelques rares électeurs et des casques bleus ou des policiers qui sécurisent les accès. Après quatre scrutins en l'espace de trois mois, les Centrafricains se sont désintéressés.

Bachir est un chef de bureau à Bangui et pour lui la différence avec les précédents scrutins est étonnante : « Depuis le matin, on est là, on se ronge les ongles. Il n’y a pas eu beaucoup d’engouement, on ne sait pas ce qu’il se passe. Les gens arrivent au compte-goutte, jusque-là, on a eu une centaine de votants. A la même heure, les gens se bousculaient à cette heure-ci, franchement, on avait même la tête qui chauffait à cette heure-là, pendant le premier tour ».

L'organisation des élections législatives a été un quasi-échec pour l'Autorité nationale des élections, l’ANE. Le premier tour a été entièrement invalidé. Il a fallu réorganiser un second premier tour puis enfin le second tour. Avec à chaque fois, une nouvelle campagne électorale, de quoi épuiser les candidats et les électeurs.

« Pour moi, je dirai, c’est dû par exemple au manque de sensibilisation. Les candidats n’ont pas d’argent pour faire la propagande et puis ça fait que les gens ne sont même pas au courant que, aujourd’hui, il y a un vote. Non, il n’y a pas de sensibilisation en tout cas, c’est ça, c’est déjà ça », confie une électrice.

Dans les provinces, même constat. Très faible participation. Il faut maintenant attendre les résultats pour connaître la composition de la future Assemblée nationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.