La tension persiste entre la Gambie et le Sénégal

Un camion sénégalais chargé d'arachide. La traversée de la Gambie par les poids lourds sénégalais constitue un problème récurrent dans les relations entre les deux pays.
© Getty Images

Les relations entre la Gambie et le Sénégal sont toujours très tendues alors que l'Etat gambien vient de déposer auprès de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) une plainte contre le Sénégal, qu'elle accuse de vouloir asphyxier son économie. Depuis début février, les transporteurs routiers sénégalais bloquent à la frontière des deux pays le passage des véhicules et donc des marchandises. Une manière pour eux de protester contre la décision de la Gambie d'augmenter les tarifs douaniers, soudainement passés de 4 000 FCFA à 400 000 FCFA. Plus d'un mois et demi après le début de la crise, une rencontre entre les représentants des deux pays aurait dû se tenir à Dakar en fin de semaine. Elle a finalement été annulée.

Depuis de longues semaines, les transporteurs à l'origine du blocage de la frontière appelaient la Gambie et le Sénégal à négocier. Finalement annulée, une rencontre devait bel et bien se tenir jeudi 30 et vendredi 31 mars entre l'Etat sénégalais et les autorités gambiennes. Officiellement, cette réunion n'aura finalement lieu qu'après les célébrations du 4 avril marquant l'indépendance du Sénégal.

Cette nouvelle crise entre les deux pays remonte à début février, lorsque la Gambie décide soudainement d'augmenter la taxe douanière versée par tonne de marchandises par les camions sénégalais en transit. Du jour au lendemain, ce tarif passe de 4 000 FCFA à 400 000 FCFA, sans aucune consultation de l'Etat sénégalais.

Pour l'heure, les syndicats et regroupements de transporteurs sénégalais affirment ne pas vouloir se laisser faire et maintiennent le blocus. Les marchandises ne passent pas aux postes frontaliers selon l'Union des routiers du Sénégal. Il n'y a que les motos-taxis, les charrettes et les passagers à pied qui sont autorisés à passer la frontière. Côté gambien, cette fermeture est à l'origine, notamment, de pénuries de carburant. Et au niveau de la frontière, les commerces qui vivent des échanges entre les deux nations tournent également au ralenti.

La traversée de la Gambie par les poids lourds sénégalais constitue un problème récurrent dans les relations entre les deux pays, la Gambie étant enclavée à l'intérieur du Sénégal. L'année dernière, le pays avait imposé aux transporteurs sénégalais de payer les frais de passage en francs CFA plutôt qu'en devises gambiennes, provoquant déjà à l'époque la colère des routiers.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.