Bénin: les dernières heures du président Boni Yayi

Le président Boni Yayi (ici à Pretori en mai 2014), vit ses derniers moments à la tête du Bénin.
© © AFP PHOTO / POOL / MUJAHID SAFODIEN

C'est ce mardi 5 avril à minuit que prend fin le mandat de Thomas Boni Yayi, et ce mercredi à minuit que commence celui de son successeur Patrice Talon. La cérémonie d’investiture est prévue ce 6 avril. Cette cérémonie va-t-elle se dérouler dans la courtoise républicaine ? Quel est l’état d’esprit de celui qui sera bientôt un citoyen ordinaire ? Les deux hommes ont des rapports compliqués puisque Boni Yayi avait notamment accusé Patrice Talon, son ancien allié, d’avoir tenté de l’empoisonner.

Loin de prendre de la hauteur, Thomas Boni Yayi s’est beaucoup impliqué dans la campagne électorale. Il a animé de nombreux meetings, surtout dans ses fiefs du Nord, allant jusqu’à tenir des propos insultant envers Patrice Talon. La défaite de Lionel Zinsou est en partie la sienne. Puis il y a eu cette longue période de silence du président sortant, silence qui a pesé sur le climat politique. « Il aura tout raté, même sa sortie, confie un observateur de la vie politique. Cette cérémonie sonne pour lui comme un désaveu ».

« On sait bien que ce n’est pas la lune de miel entre les deux hommes, mais les circonstances obligent les deux hommes à reconsidérer le passé. Le reste n’est que spéculation », explique un proche de Thomas Boni Yayi. « D’ailleurs, ajoute ce proche, après la publication des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle, Thomas Boni Yayi a téléphoné à Patrice Talon pour le féliciter ». A tous ceux qui pensent que le président sortant ne voulait pas que le Premier ministre reconnaisse sa défaite dans la nuit qui a suivi le second tour, Lionel Zinsou affirme l’avoir fait après s’être entretenu avec le président Boni Yayi. « Il a trouvé que c’était de nature à grandir le processus de démocratie dans notre pays. »

Jusqu'à la fin, Thomas Boni Yayi a cherché à négocier son immunité judiciaire d'un côté mais aussi son futur poste. Il se verrait bien aux Nations unies comme secrétaire général adjoint chargé du changement climatique ou envoyé spécial, selon une bonne source. Pour le moment, rien n'est acquis. Au-delà du soutien de la France, des Etats-Unis et des Etats de la sous-région, cela passe aussi in fine par l’approbation de Patrice Talon.


■ La mise au point de Lionel Zinsou

Le Premier ministre sortant revient pour RFI sur cette fameuse nuit, au lendemain du second tour, et sur les échanges qu'il a eu avec le président sortant Thomas Boni Yayi avant ce coup de fil à Patrice Talon pour reconnaître sa défaite.

Je voulais rendre tout à fait clair que je l'ai fait après m'être entretenu avec le président de la République.

Lionel Zinsou
05-04-2016 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.