Republier
RDC

Disparition de Jean-Marie Kalonji en RDC: la famille demande des comptes

Le boulevard du 30-Juin à Kinshasa où Jean-Marie Kalonji a été enlevé par les services de sécurité le 15 décembre 2015.
© wikipedia

Cela fait plus de 100 jours que Jean-Marie Kalonji est porté disparu. Le jeune activiste a été vu pour la dernière fois boulevard du 30 juin à Kinshasa le 15 décembre dernier. Depuis quelques jours, des rumeurs circulent sur les réseaux sociaux comme quoi il serait décédé en détention. Du côté des services de sécurité, on qualifie de « ridicule » ces allégations, de « manipulation politique » mais la famille demande aujourd’hui au minimum une preuve de vie. 

La famille demande que le coordonnateur du nouveau mouvement citoyen « Il est temps RDC-Quatrième voie », s’il a bien été arrêté depuis près de quatre mois soit enfin présenté à la justice pour que, qu'elle ou un avocat puissent avoir accès à lui et se rassurer sur son état de santé. Les explications de Pascal Kalonji, le frère de Jean-Marie.

« Nous sommes en train de le chercher, on n’a pas de communication avec lui, on ne sait pas où il se trouve. Il y a des murmures (selon lesquels) il est décédé depuis deux semaines, mais jusqu’à présent nous ne savons pas où il est. Officiellement, s’il était arrêté, on ne nous a pas appelés. Bon… s’il était détenu à l’ANR (l'Agence nationale de renseignement), il fallait que l’ANR nous appelle ou il fallait que l’ANR le transfère à la justice… S’il est à l’ANR, nous sollicitons une preuve de vie.

Pascal Kalonji: «S'il est à l’ANR, nous sollicitons une preuve de vie»
04-04-2016 - Par Sonia Rolley

Le bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme dit ne pas être en mesure de pouvoir confirmer l’état de santé de Jean-Marie Kalonji, l’accès aux cachots de l’ANR lui étant systématiquement refusé, dit son directeur. Pour José Maria Aranaz, « l’arrestation et détention arbitraire de Jean-Marie Kalonji de plus de 100 jours sans supervision judiciaire est une sérieuse violation des droits de l’homme ». Le BCNUDH demande son transfert au parquet sans plus de délais.

Human Rights Watch se dit également très inquiet sur le sort de Jean-Marie Kalonji, disparu depuis le 15 décembre après avoir demandé la libération d'autres activistes arrêtés. L'organisation de défense des droits de l'homme appelle les autorités congolaises à fournir immédiatement des informations sur l’endroit où se trouve Jean-Marie Kalonji, et sur les charges éventuelles qui pèseraient contre lui. HRW rappelle que cette arrestation s'inscrit dans le cadre d’une forte répression en République démocratique du Congo contre ceux qui soutient la démocratie et le respect de la constitution.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.