«Panama Papers»: l’Algérie refuse le visa à un journaliste du «Monde»

Alger n'a pas apprécié que l'image du président Bouteflika, ici en décembre 2011, soit associée au scandale des «Panama Papers».
© FAROUK BATICHE / AFP

Manuel Valls se rend à Alger les 9 et 10 avril dans le cadre du comité interministériel de haut niveau, une rencontre annuelle entre les gouvernements français et algérien, organisée en alternance dans chacun des pays depuis 2013. Un rendez-vous qui va cette fois-ci se dérouler dans une ambiance un peu tendue. Les révélations du journal Le Monde sur l'implication de proches du président algérien Abdelaziz Bouteflika dans le scandale des « Panama Papers » ont provoqué l'indignation d'Alger qui a refusé d'octroyer un visa au journaliste du quotidien du soir qui devait couvrir la visite du Premier ministre.

L'intervention personnelle de Manuel Valls n'y a rien changé. Les autorités algériennes ont refusé d'octroyer un visa au journaliste du Monde qui souhaitait couvrir la visite du Premier ministre français en Algérie.

En cause, la Une du quotidien en début de semaine, sur laquelle figurait le président Bouteflika pour illustrer l'implication de certains membres de son entourage dans l'affaire des « Panama Papers ». A Alger, on a immédiatement dénoncé « une campagne de presse hostile à l'Algérie ». L'ambassadeur de France a même été convoqué au ministère des Affaires étrangères algérien pour protester contre la couverture de l'affaire par les médias français.

Plusieurs médias français boycottent la visite

Le refus du visa au journaliste du Monde fait donc office de mesure de rétorsion. Le quotidien a « regretté » vendredi l'attitude d'Alger, son directeur Jérôme Fenoglio proteste « contre cette entrave à la liberté de la presse ». Manuel Valls, conscient des implications de cette décision, a contacté par téléphone mercredi son homologue Abdelmalek Sellal pour lui faire part de son désir que le déplacement puisse être couvert par tous les médias français. Il a aussi insisté sur le fait que le refus de délivrer ce visa risquait d'être contreproductif.

Le Premier ministre algérien a pris note. Mais le visa n'a pas été octroyé au Monde comme à l'équipe du Petit Journal de Canal+, dont le reportage lors du dernier déplacement de François Hollande en Algérie n'avait pas été apprécié non plus.

Une situation qui risque de perturber la visite de Manuel Valls à Alger. En signe de soutien à leurs confrères, plusieurs médias français, dont France Culture, France Inter, Libération et Le Figaro, ont annoncé vendredi qu’ils boycotteraient ce déplacement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.