RDC: des proches du président Kabila cités dans les «Panama Papers»

L'enquête des «Panama Papers», réalisée sur la base de fichiers du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, a mis au jour un vaste scandale de fraude et d'exil fiscal transitant par des sociétés panaméennes.
© REUTERS/Bobby Yip

La RDC est elle aussi éclaboussée par les révélations des « Panama Papers », ces documents, révélés par un consortium de médias, qui pointent l’implication du cabinet Mossack Fonseca dans une entreprise de blanchiment et d’évasion fiscale d’envergure internationale. Trois personnalités congolaises sont concernées. Parmi elles, la sœur du président Kabila, également députée, Jaynet Kabila, et une figure de premier plan de l'industrie minière congolaise.

Le milliardaire israélo-congolais Dan Gertler qui a bâti sa fortune dans les mines est l'une des personnalités qui apparaissent dans les documents du cabinet panaméen Mossack Fonseca. Les documents dévoilés démontrent que Dan Gertler, proche du président Joseph Kabila, est bien notamment propriétaire des deux sociétés immatriculées aux Iles Vierges Britanniques, Caprikat et Foxwhelp, détentrices depuis 2010 de blocs pétroliers sur la partie congolaise du Lac Albert. Deux sociétés avec lesquelles Mossack Fonseca a coupé les liens une fois découvert que leur propriétaire était Dan Gertler, que la firme qualifie « de marchand de diamants de sang ».

Autre personnalité qui apparaît dans les fichiers panaméens, la sœur jumelle du président congolais, Jaynet Kabila. Selon ces documents, celle qui est aussi députée, aurait été propriétaire avec l'homme d'affaires congolais Feruzi Kalume Nyembwe, d'une société offshore baptisée Keratsu, enregistrée en juin 2001 à Niue, une petite île du Pacifique sud. Keratsu serait indirectement actionnaire de l'opérateur téléphonique Vodacom Congo.

En RDC, nombreuses sont les voix qui accusent la famille du président d'avoir amassé une fortune colossale depuis son arrivée au pouvoir. De son côté, une coalition d'ONG baptisée « Droits pour Tous » demande notamment aux autorités judiciaires, mais aussi au Parlement, de diligenter des investigations pour faire la lumière sur d'éventuelles fraudes fiscales de grande ampleur.

Nous avons demandé à l'Assemblée nationale (...) de lever l'immunité parlementaire de l'honorable Jaynet Kabila et de la mettre à la disposition du parquet général de la République.

Me King Mushilanama
09-04-2016 - Par Pierre Pinto

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.