Centrafrique: Faustin-Archange Touadéra, nouveau président et nouveau style

Faustin-Archange Touadéra en campagne à Bangui, le 12 février 2016.
© REUTERS/Siegfried Modola

Le président de République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra est dans ses premières semaines de mandat et déjà son style dénote avec celui de sa prédécesseure Catherine Samba-Panza. Pendant la campagne, le candidat Touadéra voulait rester proche du peuple. Il continue sur cette voie.

Faustin-Archange Touadéra joue à fond la carte de l'humilité et de la simplicité. Il y a quelques jours, il s'est rendu pour une visite de courtoisie à la mosquée centrale de Bangui pour rencontrer l'imam et les fidèles. Une rencontre improvisée, sans aucun journaliste et surtout sans sécurité renforcée, ce qui a étonné, stupéfait même les habitants du quartier du PK5. Faustin-Archange Touadéra s'est simplement garé devant la mosquée, puis a « ordonné à ses gardes de laisser les armes dans la voiture », raconte un témoin. Sur le chemin du retour, alors que Catherine-Samba Panza avait pris l'habitude de bloquer toutes les routes pour que son cortège puisse circuler, Faustin-Archange Touadaéra lui préfère se glisser dans la circulation, à petite allure.

Une autre scène invraisemblable ce week-end. Devant le Grand Café de Bangui, une place centrale de la capitale, le cortège du président a ralenti et Faustin-Archange Touadéra, la tête collée contre la vitre de sa voiture, a salué de la main les habitants sur les trottoirs. Après un moment de stupéfaction, sifflements et hourras, et surtout une phrase qui revient sur toutes les lèvres : « Mais est-ce que c'était vraiment le président ? » Tant la scène semble incongrue pour les Centrafricains.

Des Centrafricains qui attendent toujours la composition du nouveau gouvernement. « Ça ne devrait plus tarder », assure-t-on du côté de la primature.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.