Djibouti: l'UA juge la présidentielle «crédible» malgré des irrégularités

Ismaïl Omar Guelleh, président de Djibouti depuis 1999, a été réélu avec près de 87% des voix, le 8 avril 2016.
© AFP PHOTO/KARIM SAHIB

L'Union africaine (UA) estime que la réélection d'Ismaïl Omar Guelleh pour un quatrième mandat à Djibouti vendredi a été « libre » et « crédible », mais les observateurs constatent aussi des irrégularités.

Avec près de 87% des voix, la victoire du président sortant Ismaïl Omar Guelleh à Djibouti est écrasante. Elle n'en reste pas moins « crédible », dit l'Union africaine. Les assesseurs vus portant des t-shirts à l'effigie du président dans les bureaux de vote, les urnes cadenassées, mais pas scellées avant le dépouillement, ont fait tiquer les observateurs, mais cela ne suffit pas, dit l'UA, à remettre en cause la sincérité du scrutin.

La mission présidée par l'ancien Premier ministre du Mali, Soumana Sako, pointe toutefois une irrégularité plus gênante : l'absence des procès-verbaux qui doivent rendre compte du dépouillement bureau par bureau.

Une absence dénoncée dès le lendemain de l'élection par le principal candidat d'opposition, Omar Elmi Khaireh qui s'inquiétait aussi des limites de la mission d'observation. Sans accès au détail des dépouillements, ils peuvent seulement constater que le scrutin à Djibouti a été calme, mais le calme, souligne-t-il, « ce n'est pas la transparence ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.