Afrique du Sud: l’éloignement de la famille Gupta

Le président sud-africain, Jacob Zuma, a répondu aux nombreuses questions des élus sur l'affaire Gupta qui bouleverse son mandat.
© REUTERS/Mike Hutchings

En Afrique du Sud, de nombreuses questions subsistent après le départ précipité d'une riche famille proche du président Jacob Zuma. La presse a rapporté que les Gupta - de puissants hommes d'affaires d'origine indienne - ont quitté l'Afrique du Sud, la semaine dernière, pour s'installer à Dubaï. Depuis plusieurs semaines, cette richissime famille est accusée d'influencer les choix du président, notamment l'attribution de postes ministériels. Ces révélations ont placé le président Zuma, déjà éclaboussé par plusieurs scandales de corruption, dans une position délicate.

La famille Gupta est-elle partie définitivement ? Les spéculations vont bon train.

La semaine dernière, un porte-parole de la famille dénonçait la campagne de dénigrement dont elle fait l'objet.

En fin de semaine, deux des frères Gupta démissionnaient de leurs postes de direction au sein d'Oakbay, une société d'investissements miniers contrôlée par cette famille. Quelques jours auparavant, quatre banques avaient signifié à la holding qu'ils cessaient toute transaction avec elle.

Cependant, pour les analystes politiques, l'éloignement consiste surtout à éteindre le feu. Il faut couper tout lien avec le président Jacob Zuma dont la réputation a été fortement ternie depuis les révélations sur ses liens avec cette famille. Les élections locales, en effet, sont dans moins de quatre mois et, pour l'ANC, il faut impérativement étouffer tout scandale impliquant le chef de l'Etat.

Les économistes rappellent que la famille Gupta a des liens avec une quarantaine de sociétés sud-africaines et, même si certains membres de la famille ont démissionné d'Oakbay, ils n'en restent pas moins actionnaires majoritaires aux côtés du fils du chef de l'Etat.