Republier
Burundi Justice

Burundi: reprise du procès des présumés putschistes de mai 2015

La Cour d'Appel de Gitega, Burundi, le 15 janvier 2016.
© AFP/STRINGER

Au Burundi, le procès en appel des présumés putschistes de mai 2015 a repris, ce lundi 11 avril, à Gitega. En janvier dernier, quatre généraux avaient été condamnés à perpétuité dont le numéro deux du putsch manqué, Cyrille Ndayirukiye, ancien ministre de la Défense du Burundi. Le leader de cette tentative, le général Nyombaré, avait, lui, réussi à fuir. Depuis, il a pris la tête des Forces républicaines du Burundi (Forebu), l’un des deux mouvements armés d’opposition actifs au Burundi. Une dizaine d’officiers avaient été condamnés à 30 ans de réclusion, huit autres à 5 ans et sept personnes avaient été acquittées. Deux semaines plus tard, le parquet - qui avait requis la perpétuité pour tous les 28 accusés - a annoncé faire appel.

Début février, le ministère public s’était déclaré « non satisfait » par la décision du juge. Ce dernier n’a retenu la perpétuité que pour 4 des 28 accusés et a abandonné certaines charges de l’accusation.

Le procès en appel des présumés putschistes a donc repris, ce lundi, à Gitega, dans le centre du pays, après avoir été renvoyé pour des motifs de procédure, il y a quelques semaines.

La journée a été consacrée à l’audition du général Cyrille Ndayirukiye et c’est dans la tenue vert-clair des prisonniers qu’il a comparu. Selon une source présente dans la salle, l’ancien ministre de la Défense est apparu confiant. Il maintient avoir agi pour défendre la population alors que les manifestations pacifiques contre le troisième mandat du président Nkurunziza étaient durement réprimées.

Il continue à se défendre seul, affirmant que tous les avocats contactés ont refusé de plaider par peur d’être à leur tour accusés de putsch.

« Je n’ai pas renoncé à mon droit à un avocat, j’y ai été contraint », a expliqué le général.

Cyrille Ndayirukiye a demandé aux juges de ne pas prendre en compte ses aveux formulés après son arrestation affirmant qu’ils ont été soutirés par la torture et des menaces de mort. Pour appuyer son propos, il a exhibé des photos le montrant blessé ainsi qu’un vêtement qu’il portait lors de son arrestation.

De son côté, le parquet est revenu sur les raisons de cet appel. Il s’agit de démontrer les liens entre les organisateurs du putsch et les manifestations d’avril dernier et de montrer que « tout cela était préparé », explique une source sur place.

Ce mardi, devraient comparaitre les trois autres généraux désignés, par la Cour, comme les instigateurs du coup d’Etat manqué.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.