Tchad: dans l'attente des résultats de la présidentielle, chacun fait son bilan

La queue devant un bureau de vote de Ndjamena, le 10 avril 2016.
© REUTERS/Moumine Ngarmbassa

Près de 6 millions d’électeurs étaient appelés à voter dimanche pour le premier tour de l’élection présidentielle au Tchad. Parmi les candidats, le président sortant Idriss Déby, qui espère l’emporter dès le premier tour. Globalement, le vote s’est passé dans le calme. L’heure est à l’attente des résultats.

Depuis lundi, la commission électorale reçoit les résultats du premier tour de la présidentielle qui proviennent des bureaux de vote de la capitale et de l’intérieur du pays. Cela prend du temps, il lui faut collecter l’ensemble des procès-verbaux pour pouvoir compiler les résultats. Selon l’article 74 du Code électoral, la Céni dispose de deux semaines pour proclamer les résultats provisoires, ce qui nous amène au 23 avril.

Il faudra également patienter pour avoir une idée du taux de participation à ce scrutin.

En attendant, ce lundi, certains partis politiques ont communiqué à la presse leur évaluation de cette journée de vote.

Au MPS, le parti du président sortant, Idriss Déby, on salue « une mobilisation en masse » des citoyens qui est déjà « une victoire de la démocratie », souligne Mahamat Zen Bada, le directeur de campagne d’Idriss Déby. « Nous regrettons certains actes dont les membres de nos délégations ont été victimes dans la ville Moundou, où le secrétaire du MPS a été molesté », déplore-t-il cependant. Ce responsable appelle les autres formations politiques au respect des règles démocratiques.

Dans l'opposition, le bilan est bien différent. De son côté, le CAP-SUR, le parti de Djimrangar Dadnaji, dénonce « des ratés sciemment orchestrés par le MPS » lors de ce scrutin. Son directeur de campagne Jean-Calvin Robenat critique pêle-mêle l’absence de procès-verbaux dans certains bureaux de vote de la capitale, des cas de bourrage d’urnes et surtout la perturbation des réseaux de communication, ces derniers jours.

→ A (RE)VOIR : Les enjeux de la présidentielle au Tchad par Christophe Boisbouvier

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.