Tchad: les envoyés spéciaux de TV5 Monde interdits de filmer

File d'attente devant un bureau de vote de Ndjamena, le 10 avril 2016.
© REUTERS/Moumine Ngarmbassa

Ce mardi matin, internet a été rétabli mais les réseaux internet étaient toujours coupés lundi dans N'Djamena au lendemain de la présidentielle qui s'est déroulée dans l'ensemble sans grave incident mais sous forte présence militaire. L'internet mobile avait été interrompu dès dimanche matin et l'internet fixe dans la soirée. Les SMS ne passent toujours pas. Par ailleurs, TV5 Monde s’étonne et proteste contre l’interdiction de tournage de ses envoyés spéciaux.

Selon la chaîne de télévision, la décision a été prise par les autorités tchadiennes lundi 11 avril après avoir confisqué le matériel des deux envoyés spéciaux pendant plusieurs heures dans la soirée de dimanche. « Nos équipes, regrette TV5 Monde, ne sont ainsi plus en mesure de faire leur travail dans des conditions normales et sereines et de couvrir correctement le scrutin présidentiel » regrette dans un communiqué la direction de la chaîne de télévision francophone.

« Ils étaient en train de filmer dans un bureau de vote où visiblement il y avait des difficultés, des urnes qui arrivent en retard, certains témoins sur place disant que les urnes étaient déjà bourrées – mais ça c’est ce que disent les témoins – et puis on a vu arriver sur mobylette quelqu’un qui arrivait avec des bulletins de vote très, très tard, quasiment avant l’heure de la fermeture des bureaux, explique à RFI Yves Bigot, PDG de TV5 Monde. Voilà ce que l’équipe était en train de filmer quand ça s’est produit et donc des échauffourées qui commençaient autour de ce bureau de vote ».

Et, ce lundi, la chaîne apprenait que ses envoyés spéciaux avaient l'interdiction de filmer. « Voilà, confirme Yves Bigot. Le retrait de leur autorisation de tourner, oui. Pour nous comme pour tous nos confrères, évidemment, on considère que ça nous empêche de faire notre travail, que ça constitue une entrave à la liberté fondamentale d’informer ».

Selon une source de l'OIF citée par la direction de TV5, le ministère tchadien de l'Intérieur aurait assuré dans la soirée d'hier, que l'interdiction était suspendue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.