Congo-Brazzaville: l’inquiétude de l’ONU face à la situation dans le Pool

Les forces de sécurité congolaises ont installé des barrages à plusieurs endroits de Brazzaville, le 4 avril 2016.
© STRINGER / AFP

La tension ne retombe pas dans le Pool, ce département au sud de Brazzaville où une opération de sécurité visant, selon les autorités les partisans du Pasteur Ntumi, se poursuit. Mercredi, selon les proches de l'opposant, des hélicoptères ont de nouveau pilonné la zone de Soumouna considéré comme son fief. Dix jours après le début des opérations, le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme dit son inquiétude. L'instance parle de « rapports alarmants » en provenance du Pool et demande au gouvernement de garantir l'accès à la zone pour les humanitaires « sans délai ».

Les rapports que nous avons reçus sont alarmants et font état de possibles violations des droits de l’homme en République du Congo, en particulier dans le cadre des opérations de sécurité qui sont menées contre des chefs de l’opposition et leurs partisans. Nous avons reçu des informations faisant état d’arrestations massives et même des cas de tortures en détention, ainsi que des informations sur des meurtres et un déplacement massif de population dans le département où se déploient ces forces de sécurité qui est appelé le département du Pool.
Cécile Pouilly
14-04-2016 - Par Aabla Jounaïdi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.