Republier
Comores

Résultats contestés aux Comores: la Cour constitutionnelle devra trancher

L'ancien président comorien Azali Assoumani est arrivé en tête du second tour de la présidentielle, selon les résultats prononcés par la Céni le 15 avril 2016.
© Ibrahim Youssouf / AFP

Après le proclamation par la commission électorale des résultats provisoires de l'élection présidentielle, le candidat malheureux Mohamed Ali Soilihi a évoqué samedi la nécessité d'organiser des élections partielles sur l'île d'Anjouan. En effet, seulement 1,11% des suffrages le séparent du vainqueur Azali Assoumani.

Vendredi, la Céni a déclaré Azali Assoumani vainqueur de la présidentielle du 10 avril avec 40,98% des suffrages. Mais il n’a pas fallu longtemps pour que des voix s’élèvent pour contester les résultats. Ce samedi, Mohamed Ali Sohili, le candidat du pouvoir, arrivé deuxième avec 39,87% des votes a annoncé qu’il ne reconnaissait pas ces résultats. Selon lui, certains bureaux de l’île d’Anjouan ne se sont pas exprimés. Il réclame donc l’organisation d’une partielle.

C’est désormais à la Cour constitutionnelle de se prononcer et de confirmer ou d'infirmer les résultats de la Céni. Mais pour le vainqueur, Azali Assoumani, il n’y a pas lieu d'envisager des partielles.

« Quand vous avez 15 bureaux sur 750 bureaux qui n'ont pas voté, comment on peut parler de partielles ? S’étonne Azai Assoumani. C'est des élections nationales. Ce n'est pas des élections législatives. On est en démocratie. En démocratie, malheureusement, si c'est 40% qui ont voté et 60% qui se sont abstenus, c'est les 40%. Et puis dans les 40% si vous avez deux candidats, que le premier a 30% et l'autre 10%, la démocratie veut que ce soit lui qui a été choisi. Mais venir parler de partielles, pour moi, c'est une parole qui n'était pas indiquée, qui n'était pas à sa place. On ne va pas faire des partielles parce qu'il y a un candidat qui a perdu. On fait un recours par rapport à des bureaux et c'est à la Cour de décider, mais ce n'est pas à l'intéressé d'imposer à la Cour ce qu'elle doit faire. Mais je fais confiance à la Cour constitutionnelle : si le recours est fait, elle a va appliquer la loi pour l'intérêt du pays, pour la paix et la stabilité du pays. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.