Republier
Burundi

Burundi: un officier critique envers le régime assassiné à Bujumbura

Des soldats burundais quittent le quartier de Cibitoke à Bujumbura, le 1er juillet 2015.
© MARCO LONGARI / AFP

Au Burundi, un officier de l’armée, considéré comme assez critique vis-à-vis du régime de Pierre Nkurunziza, vient d’être assassiné. Il a été abattu dans la capitale Bujumbura alors qu’il était à l’arrière d’une moto en train de rentrer chez lui. Une enquête est en cours.

Qui a tué le lieutenant-colonel Emmanuel Buzubona ? C’est la question qui brûle toutes les lèvres depuis l’assassinat de ce brillant officier issu de l’ex-rébellion hutue du CNDD-FDD aujourd’hui au pouvoir au Burundi. Pour le porte-parole de l’armée, le colonel Gaspard Baratuza, ses assassins n’ont pas été identifiés et une enquête de police est en cours pour tenter de les retrouver.

Il en va tout autrement sur les réseaux sociaux, où partisans et opposants du président Pierre Nkurunziza s’accusent mutuellement d’en être responsables. Les soutiens du camp présidentiel accusent les soldats et citent l’ancienne armée dominée par la minorité tutsie d’avoir abattu un officier hutu de plus, alors que leurs opposants dénoncent l’assassinat d’un soldat qui ne cachait pas son hostilité à la politique actuelle.

Ils avancent comme argument le fait que le lieutenant-colonel Emmanuel Buzubona, soupçonné d’avoir fait cause commune avec la nouvelle rébellion burundaise, avait été arrêté et détenu pendant plusieurs jours en décembre 2015, par les très redoutés services secrets burundais qui dépendent directement du président. Signe supplémentaire, cet officier était en disgrâce, il était en congés depuis six mois en attendant une nouvelle affectation qui ne venait pas.

A Bujumbura, chacun campe sur ses positions et personne ne compte sur l’enquête en cours pour connaître la vérité. Beaucoup craignent en revanche que ce énième assassinat d’un officier de l’armée burundaise ne vienne attiser les divisions au sein de ce corps.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.