Republier
Libye

Libye: le gouvernement d'union s'installe peu à peu à Tripoli

Sécurité à l'entrée des bureaux du gouvernement à Tripoli, le 14 avril 2016.
© REUTERS/Ismail Zitouny

Un pas supplémentaire a été franchi par le gouvernement d'union libyen soutenu par les Nations unies. Cette équipe dirigée par Fayez el-Sarraj annonce avoir pris le contrôle administratif de plusieurs ministères dans la capitale Tripoli. Le 30 mars dernier, le conseil présidentiel dirigé par Fayez Sarraj était arrivé par la mer à Tripoli et avait installé son équipe dans la base navale de la capitale libyenne. Désormais donc, ce nouvel exécutif investit la ville. Une évolution qui rassure la communauté internationale très pressée d'avoir un seul et unique gouvernement pour traiter les immenses défis qui se posent à la Libye.

Arrivé fin mars par la mer, le nouvel exécutif dirigé par Fayez el-Sarraj était cantonné dans la base navale de tripoli. Très vite, grâce à la forte pression des puissances occidentales, il obtient le soutien d'institutions clés telles que la Banque centrale et la compagnie nationale du pétrole.

Depuis lundi, cette équipe prend possession des locaux des ministères des Affaires étrangères, des Transports et du Plan en attendant d'investir les autres administrations. Sept au total pour le moment. Tout ça, dans le calme, précise un membre du conseil présidentiel, l’instance qui dirige le gouvernement d’union libyen.

Pris dans une crise financière qui mine leur quotidien, les Tripolitains ont accueilli avec enthousiasme l’arrivée de ce nouvel exécutif. Cela n'aurait pas pu se faire sans le ralliement progressif des puissantes brigades de la capitale.

Même le Congrès général national, le Parlement non reconnu par la communauté internationale basé à Tripoli, a fait taire son opposition et s’est plié à la nouvelle donne. Il s'est dissout et s'est constitué en « Conseil d'Etat » comme l'exigent les accords inter-libyens de l'ONU.

Situation toujours bloquée à l'est

Tout le monde à Tripoli semble jouer la partition prévue par les accords de Skhirat.

Mais à l'est, la réalité est autre. Le Parlement de Tobrouk qui doit accorder sa confiance à ce gouvernement n'a toujours pas organisé de vote. Au lieu de ça, les autorités parallèles dans l'est libyen continuent de défier le nouveau gouvernement d’union. Ce mardi, on a ainsi appris qu'un navire plein de brut a quitté Tobrouk sans l'accord de la compagnie nationale du pétrole, direction l'île de Malte.

La pierre d’achoppement c’est le sort réservé à Khalifa Haftar dans le futur exécutif. Ce général libyen à la retraite est en guerre contre les brigades islamistes. Il jouit d’une aura particulière dans l’est libyen, mais il suscite un rejet total chez la population de Tripoli.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.