Republier
RCA

Centrafrique: les nouveaux parlementaires ont pris leurs quartiers

Le Parlement à Bangui.
© RFI

Nouvelle étape dans la sortie de crise en République centrafricaine. Le nouveau Parlement centrafricain a fait sa rentrée hier, mardi 3 mai. Le CNT, le Conseil national de transition, laisse la place à une Assemblée nationale de plein exercice.

La rentrée des députés, c'est un peu comme la rentrée scolaire. Les nouveaux représentants du peuple sont presque comme des enfants dans les couloirs de l'Assemblée nationale. Certains se prennent en photo devant les immenses dorures, d'autres sont arrivés des provinces avec tous leurs supporteurs dans des bus brinquebalants.

Les vétérans de l'institution parlementaire prennent ça avec le sourire, « c'est chaque année pareil », glissent-ils. Sauf que cette année et bien c'est un peu particulier. C'est a première fois depuis trois ans que des députés élus au suffrage universel prennent place dans cette l'assemblée.

Vendredi, on devrait connaître le nom du futur président - ou présidente- du Parlement. Les anciens candidats à la présidentielle Martin Ziguélé, Anicet Dologuélé ou Karim Meckassoua devraient poser leur candidature. Mais ils feront face aux candidats sans étiquette, majoritaires à l'assemblée. Sans étiquette mais pas forcément indépendants car le financement des députés est une des clefs pour accéder au fauteuil.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.