Republier
RDC

RDC: l'opposant Moïse Katumbi accusé d'avoir recours à des «mercenaires»

L'ancien gouverneur Moïse Katumbi lors d'une interview à Lubumbashi, le 2 juin 2015.
© AFP PHOTO / FEDERICO SCOPPA

Le ministre de la Justice de la République démocratique du Congo a déclaré mercredi 4 mai avoir ordonné l'ouverture d'une enquête sur « le recrutement de mercenaires » étrangers « au service » de l'opposant Moïse Katumbi.

Cette injonction intervient alors que Moïse Katumbi se dit victime de multiples intimidations de la part du pouvoir depuis plusieurs semaines. Le 24 avril dernier, une manifestation en sa faveur avait été sévèrement réprimée à Lubumbashi. La mobilisation s'était soldée par l'arrestation de quatre responsables de la sécurité de Moise Katumbi, dont un Américain. Ce ressortissant des Etats-Unis ferait partie, selon le gouvernement, d'un vaste de réseau de mercenaires entre la RDC et les Etats-Unis.

Le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, parle d'une douzaine d'anciens militaires américains présents dans le Katanga. Tous, selon lui, à la solde de Moïse Katumbi, l'ex-gouverneur de cette ancienne province.

Des informations tirées des aveux du garde du corps américain de Moïse Katumbi, détenu depuis plus d'une semaine. Aveux qui ont eu lieu en présence de diplomates américains, selon le ministre. Ils auraient permis au parquet de constituer un dossier de plus de 100 pages comprenant les noms et les parcours des supposés mercenaires.

Le procureur général de la République a déjà dépêché une équipe au Katanga. L'enquête est ouverte pour tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat. Et rien n'exclut que Moïse Katumbi soit interrogé dans ce cadre, selon le ministère. « Il existe un réseau avec une société en Virginie aux Etats-Unis » qui assure « le recrutement des mercenaires » spécialisés dans « la formation, le maniement des armes, comme agent de sécurité, ou garde du corps », a déclaré à Kinshasa le ministre de la Justice.

De son côté, l'opposant présente le ressortissant américain comme un consultant en sécurité qu'il a appelé à l'aide, suite aux intimidations dont il est victime. Il dénonce un montage mensonger, et appelle encore une fois la Monusco et la communauté internationale à venir vérifier ces informations.

Autre démentit formel : celui de L'évêque du diocèse de Kilwa Kasenga, au Katanga. Il a assuré à des médias locaux qu'aucun milicien ne se trouvait dans son diocèse.

Nous avons une documentation importante sur un certain nombre individus qui tous, ont été, dans le temps, au niveau de l’armée et qui se sont retrouvés sur le territoire du Katanga, recrutés - d’après l’un d’eux que nous avons arrêté et qui se trouve dans une de nos cellules à Kinshasa – par l’ancien gouverneur du Katanga, monsieur Moïse Katumbi. J’ai ordonné une enquête. Le procureur général de la République a dépêché des éléments sur place au Katanga, qui sont en train d’enquêter. Au stade actuel, nous avons un dossier totalement documenté. Mais bon, on attend que le parquet puisse donner les conclusions de ce rapport.

Alexis Thambwe Mwamba
05-05-2016 - Par Laure Broulard

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.