Togo: Amnesty international tire la sonnette d'alarme

Une vue de Lomé, la capitale du Togo.
© wadr.org

Amnesty international tire la sonnette d’alarme sur les violations répétées des droits humains au Togo. Dans un rapport publié ce vendredi 6 mai, l’ONG regrette la non application des engagements du gouvernement togolais pris devant la communauté internationale en matière de respect des droits humains en 2011. Amnesty international demande notamment aux autorités togolaises de modifier la législation qui réglemente le recours à la force. Une législation qui, selon ce rapport, viole le droit à la liberté d’expression et de rassemblement pacifique. Mais aussi, l’ouverture sans délais d'enquêtes approfondies et impartiales sur toutes les allégations d'arrestations et de détentions arbitraires à l’encontre de défenseurs des droits humains. Francois Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’ouest à Amnesty International est l'un des coauteurs du rapport. Il répond à Thierno Moussa Bah.

Il est important que la communauté internationale fasse preuve de vigilance.

Francois Patuel, chercheur sur l'Afrique de l'ouest à Amnesty international
07-05-2016 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.