«Enfants du pays» redonne un visage aux victimes de la crise au Burundi

La crise au Burundi a fait au moins 700 morts selon la FIDH. A Bujumbura, le 21 mai 2015.
© REUTERS/Goran Tomasevic

De jeunes Burundais en exil ont lancé une initiative pour honorer la mémoire des victimes de la crise qui secoue leur pays. Ils ont entre 20 et 30 ans et il y a près d'un an, ils ont lancé un site internet baptisé « Enfants du Pays » pour raconter l'histoire des victimes. La semaine dernière, ils ont organisé à New York une exposition de portraits réalisés bénévolement par des étudiants en art. Objectif : redonner leur dignité à ces victimes et rappeler que derrière les bilans et les chiffres - au moins 700 morts et 800 disparus en un an selon la FIDH -, il y a des vies.

La première victime avait seulement 15 ans (voir son portrait sonore). En français, son nom signifiait « renforcer la paix », en hommage aux négociations de paix d'Arusha.

Son histoire est l'une de celle que l'équipe d’« Enfants du pays » raconte sur son site internet, comme l’explique cette Burundaise, anonyme, pour raisons de sécurité. « Souvent on a tendance à croire que c'était des jeunes des quartiers défavorisés qui manifestaient, qui n'avaient pas de travail et étaient déjà mécontents, alors que ce n'est pas vrai, il y a plusieurs personnes parmi les manifestants qui étaient des jeunes étudiants, des jeunes fonctionnaires, des jeunes qui avaient de l'emploi, mais qui étaient contre ce mandat qui était illégal, donc c’est important de raconter les histoires, de se rappeler ces victimes, de les honorer en mettant un visage, une histoire. Que ce ne soit pas juste un nombre. On veut honorer leur famille, leur lutte parce qu’ils ont lutté et manifesté pour un droit, pour notre droit », raconte-t-elle.

Suite à des menaces de mort, les fondateurs du site sont partis en exil. Depuis, recueillir les histoires est devenu plus difficile, les familles hésitant à parler par peur des représailles.

Mais l'équipe ne se résigne pas et a mis sur pied une exposition itinérante, inaugurée le 28 avril dernier à New York. « Notre objectif, c’est vraiment d’amener cette exposition tout autour du monde dans les grandes villes parce que la réalité c'est que dans les médias aujourd’hui, un peu partout dans le monde, on ne parle pas de la crise au Burundi sur une base régulière. Donc c’est important d’informer les gens », souligne-t-elle.

Les tableaux exposés sont inspirés des photos des victimes. Ils ont été réalisés par de jeunes artistes bénévoles mobilisés pour que le Burundi ne soit pas une crise oubliée.

C'était un jeune très innocent qui, ce jour-là, ne manifestait pas mais qui était un jeune de 15 ans curieux qui observait pendant les manifestations.

Portrait d'une de ces jeunes victimes
08-05-2016 - Par Florence Morice

Pour faire voyager cette exposition, l'équipe d'« Enfants du pays » a lancé une campagne de crowdfunding. Pour lire les portraits, rendez-vous sur le site internet Enfantsdupays.net

L'initiative « Enfants du pays » a été repérée par nos confrères des Observateurs de France 24.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.