Republier
Comores

Présidentielle aux Comores: la numéro 2 de la Céni donne Assoumani vainqueur

L'ancien président comorien Azali Assoumani.
© Ibrahim Youssouf / AFP

Situation confuse, ce jeudi 12 mai 2016 aux Comores. La  veille, 6 000 électeurs étaient invités à revoter dans 13 bureaux de l'île d'Anjouan, où le scrutin présidentiel du 10 avril dernier n'avait pas pu se tenir. Une élection partielle qui était susceptible de faire basculer les résultats du scrutin sur l'ensemble de l'archipel. Mais alors que les résultats devaient être annoncés depuis l'hôtel où siégeait la Céni, le président de la Commission électorale a quitté les lieux, et sa vice-présidente a finalement déclaré Azali Assoumani vainqueur sans lui.

Dans une situation très tendue, dans la nuit de mercredi à jeudi aux Comores, Nadjahe Allaoui, vice-présidente de la Céni, a décidé, de concert avec ses collègues et les membres de la CEII restés sur place, de délivrer des résultats provisoires déjà enregistrés dans leurs ordinateurs.

« La Commission électorale nationale indépendante proclame le résultat suivant : élection du président de l’Union des Comores ; candidat Mouigni Baraka Saïd Soilihi : 165 voix ; Azali Assoumani : 2 271 voix ; 1 308 voix pour Mohamed Ali Soilihi. »

Avant cela, l'image du président de la Céni, son secrétaire général et au moins trois de ses commissaires, fuyant leurs responsabilités à 4 h du matin, abandonnant une partie de leurs collègues, restera comme le fait marquant de la reprise du second tour de cette élection.

Nadjahe Allaoui, vice-présidente de la Céni, était très bouleversée, au moment de commenter ce départ : « Nous sommes à peu près cinq collègues à préparer le résultat. Il est parti il y a quelques minutes. Nous ne comprenons plus rien, nous qui sommes ici. »

Et de dénoncer : « Nos collègues sont partis. Ils n’ont même pas averti. Pourquoi la Céni ne veut pas donner ce résultat ? Qu’est-ce qui se cache dedans ? Personnellement, j’accuse mes collègues, avec la situation qui est là. »

Devant l’hôtel où séjournait la Céni au complet, les nombreux manifestants qui attendaient les résultats n’ont pas compris non plus ce départ protégé par les forces militaires. Des heurts ont donc éclaté, faisant quelques blessés légers, jusqu’à l’utilisation de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Jusqu'à cette élection partielle, Azali Assoumani et Mohamed Ali Soihili étaient au coude-à-coude dans le scrutin présidentiel, séparés par seulement 2 400 voix. Mais Azali Assoumani est désormais proclamé provisoirement président de l’Union.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.