Guinée: les permis d'exploitation de Sable Mining vont être examinés

Sable Mining a obtenu son permis d'exploration du mont Nimba (photo), en Guinée, en janvier 2012.
© Crédit : Wikimedia Commons

Le gouvernement guinéen réagit après qu'une ONG britannique a mis en cause les conditions d'attribution du gisement de fer du Mont Nimba. Global Whitness accuse le groupe minier britannique d'avoir obtenu les permis d'exploitation par l'intermédiaire de proches du pouvoir comme l'homme d'affaires Aboubacar Sampil ou le fils du président, Alpha Mohamed Condé. Grâce à ces connaissances, Sable Mining a gagné la concession minière dans des conditions plutôt surprenantes.

Sable Mining est une junior, c'est à dire une petite société minière qui a réussi là où les grandes se sont cassé les dents.

D'abord, Sable Mining a obtenu son permis d'exploration du mont Nimba, en janvier 2012, une période de transition politique, en plein audit des contrats miniers passés avant l'arrivée au pouvoir d'Alpha Condé. Les autorités guinéennes sont censées éplucher scrupuleusement chaque concession avant d'en distribuer de nouvelles.

D'autre part, le gisement du mont Nimba se situe à quelques kilomètres de la frontière du Libéria. Il est donc plus intéressant d'exporter le fer par le port de Buchanan, à 200 kilomètres, plutôt que par Conakry, situé à 900 kilomètres du gisement.

En août 2013, Sable Mining obtient le droit de faire passer son chemin de fer par le Libéria. Une belle réussite, quand on sait que des géants comme Rio Tinto ou Vale n'ont jamais été autorisés à faire de même. Les deux majors exploitaient pourtant alors les ressources du mont Simandou voisin, un gisement nettement plus important que le mont Nimba.

Enfin, le permis de Sable Mining empiète sur une réserve naturelle classée par l'Unesco mais même les protestations du ministre de l'Environnement de l'époque, Samady Touré, n'ont guère gêné les ambitions de groupe minier britannique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.