Republier
Tunisie

Tunisie: ouverture d'un congrès «historique» pour Ennahda, en quête de renouveau

Le leader d'Ennahda Rached Ghannouchi lors d'un discours au Xe congrès de son parti.
© Zoubeir Souissi

Plusieurs milliers de sympathisants du parti islamiste se sont rassemblés vendredi 20 mai au palais des sports de Radès pour l'ouverture du congrès. Un rendez-vous historique pour le parti, qui devrait désormais séparer activités religieuses et politiques.

« Le peuple veut Ennahda de nouveau ! ». En choeur, les militants scandent régulièrement ce slogan. Parmi eux, Mohamed, la cinquantaine. Ce père de famille est membre du parti depuis les années 80. Emprisonné sous la dictature pour son appartenance au mouvement, il se dit aujourd'hui « heureux » d'assister à ce congrès qu'il qualifie d'« historique. »

« On vit un grand évènement où, en fait, vraiment on fête la démocratie comme on l’a souhaité depuis longtemps. C’est la liberté », estime Mohamed.

Avec ce congrès, Ennahda marque un tournant dans l'histoire du mouvement puisqu'il doit devenir un « parti civil », qui sépare les activités politiques et religieuses.

Un tournant salué par Samia Driss, l'une des congressistes. « C’est un congrès du renouveau, parce que dans ce congrès on va vraiment tracer notre vision future du parti et puis aussi nos projets pour la Tunisie et puis notre démocratie récente. C’est un congrès exceptionnel. »

Et pour marquer ce renouveau, le parti pourrait également changer de nom. La question sera débattue en congrès.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.