Republier
RDC

Le climat politique en RDC inquiète la communauté internationale

Joseph Kabila, le président de la République démocratique du Congo.
© AFP PHOTO/JIM WATSON

Ces derniers jours, les deux candidats déclarés à la présidentielle ont connu des déboires. Moïse Katumbi a été inculpé d’atteinte à la sureté de l’Etat. Martin Fayulu a, lui, vu son hôtel fermé et on lui réclame quelques 300 millions de francs congolais. Trois jeunes activistes arrêtés à la veille de la journée ville morte ont été condamnés à un an de prison. Face à ces évènements, qui surviennent la veille d'un cycle électoral crucial pour l'avenir du pays, la communauté internationale ne cache pas son inquiétude sur la situation politique du pays et les réactions se multiplient.

Maman Sidikou
22-05-2016 - Par Sonia Rolley

La communauté internationale ne cache pas ses préoccupations. Le patron de la Monusco, Maman Sidikou, s’inquiète de « la multiplication des procédures judiciaires qui peuvent avoir pour effet de rétrécir l’espace politique », « exacerber les tensions et rendre encore plus difficile la tenue d'un dialogue politique », indique-t-il. Il appelle « au respect scrupuleux de l’Etat de droit et des libertés fondamentales ».

L'envoyé spécial des Etats-Unis pour Les Grands Lacs renchérit. Pour lui, les autorités « ne peuvent pas appeler au dialogue pendant que les personnes supposés y participer sont harcelées, arrêtées et emprisonnées ». Tom Perriello fait savoir que les Etats-Unis sont en train de réexaminer les possibilités d'imposer des sanctions en réaction au climat de répression de plus en plus fort.

Le Royaume-Uni, pour sa part, explique que « l’émission d’un mandat d’arrêt provisoire contre Moïse Katumbi semble faire partie d’une campagne croissante d’intimidation des opposants politiques ».

Le ministre des Affaires étrangères Belge, Didier Reynders, a lui réitéré son appel au « maintien d'un espace politique ouvert » dans le pays. Il se dit aussi inquiet du « démarrage des opérations concrètes pour l'organisation des élections présidentielle et législatives ». Des élections prévues en principe d'ici la fin de l'année. D'après le chef de la diplomatie belge, la situation en RDC sera évoquée lundi par les ministres européens des Affaires étrangères lors de leur réunion mensuelle à Bruxelles.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.