L'Afrique face à la pêche illégale

Bateaux de pêche à Dakar. Les autorités ont pris des mesures en Afrique de l'ouest mais elles restent insuffisantes, selon Ahmed Diamé, de Greenpeace.
© greenpeace.org

Les navires chinois qui pêchent illégalement dans les eaux africaines sévissent dans l'océan Indien comme dans l'océan Atlantique. Les autorités sud-africaines ont annoncé avoir arraisonné trois bateaux chinois et interpellé 96 marins dans l'océan Indien au large de Port-Elisabeth le week-end dernier. Ils avaient à bord six cent tonnes de poissons, essentiellement des calamars. « Nous ne pouvons tolérer le pillage de nos ressources marines », a déclaré Senzeni Zokwana, le ministre sud-africain de l'Agriculture et des Pêches, inquiet vis-à-vis du braconnage croissant dans les eaux du pays. Mais le manque à gagner lié à cette pêche illégale pénalise aussi les communautés qui vivent de la pêche en Afrique de l'ouest. Les techniques de pêche au chalut souvent pratiqués par les pêcheurs clandestins tendent par ailleurs à dégrader les écosystèmes marins. Les autorités ont pris des mesures en Afrique de l'ouest mais elles restent insuffisantes, selon Ahmed Diamé, chargé des campagnes Océan pour Greenpeace Afrique.

Les pays africains n'ont pas toujours les moyens de surveiller la haute mer.

Ahmed Diamé, responsable de Greenpeace
24-05-2016 - Par Nicolas Champeaux

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.