Republier
Guinée-Bissau

Guinée-Bissau: le gouvernement dissout refuse la nomination de Baciro Djá

Le palais présidentiel vu du siège du PAIGC, à Bissau.
© RFI/Carine Frenk

Alors que vendredi, le nouveau Premier ministre Baciro Djá a prêté serment, le parti majoritaire en Guinée-Bissau, le PAIGC conteste sa nomination. Au motif que, selon la Constitution ce n'est pas au président de le désigner, mais au parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Leur colère est d'autant plus grande que la Cour suprême avait déjà déclaré inconstitutionnelle la désignation de Baciro Djá au poste de Premier ministre en août 2015. Résultat : l'équipe gouvernementale de l'ancien Premier ministre refuse de démissionner, et donc de quitter le palais gouvernemental.

L’impasse se poursuit, deux jours après la prestation de serment du nouveau Premier ministre Baciro Djá, qui doit prendre son mal en patience. Le palais du gouvernement est encore squatté par les ex-membres du gouvernement déchu.

Le PAIGC et six autres petites formations politiques qui le soutiennent refusent toujours de reconnaître un chef de gouvernement désigné par un président, estimant que son choix incombe au parti majoritaire, au Parlement, conformément à la Constitution.

« Notre parti, le PAIGC, a gagné l'élection et nous ne comprenons pas pourquoi le président veut nous voler cette victoire… Nous allons rester aussi longtemps que nécessaire pour défendre la démocratie. Nous dormons sur des sofas, nous avons de l’eau et de la nourriture. C’est assez confortable, en fait », raconte João Bernardo Vieira, le secrétaire d'Etat aux Transports.

Délégation de médiateurs

L'annonce du nouveau gouvernement était attendue samedi, mais a finalement été reportée. Entre-temps, les diplomates cherchent une sortie de crise. Une délégation de députés de l'UEMOA (l’Union économique et monétaire ouest-africaine) est en route pour tenter une médiation.

« La crise sévit depuis plusieurs mois. Il n’y a jamais eu de solution définitive. C’est une crise à rebondissement, explique-t-il. Donc nous allons rencontrer le chef de l’Etat de Guinée-Bissau, le président de l’Assemblée nationale également membre du parti lié au pouvoir, le PAIGC », explique Emile Fongni, membre de la délégation.

Quartier bloqué

Coïncidence heureuse, l’étau s’est desserré autour de la dizaine de militants du PAIGC séquestrés par les forces de l’ordre depuis jeudi à la permanence de leur parti. Mais l'accès aux locaux restait interdit et gardé par des policiers armés. Et les rues jouxtant le palais présidentiel, où se trouve le siège du PAIGC, restent fermées à la circulation.

Une situation dénoncée par le président de la ligue bissau-guinéenne des droits de l’homme, Augusto Mario da Silva. « Il est question de la restriction d’un droit fondamental : la libre circulation. Notre Constitution est très claire à ce sujet. La liberté de circulation est un droit pour tous les citoyens. »

A (RE)LIRE →  Guinée-Bissau: marge de manœuvre réduite du nouveau Premier ministre

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.