Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: attaque d’un poste de police près de la frontière malienne

Dans la nuit de mardi à mercredi, trois policiers ont été tués dans l'attaque d'un poste de police au Burkina Faso.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Dans la nuit de mardi à mercredi, trois policiers ont été tués dans une attaque. Des hommes armés ont ouvert le feu sur un poste de police situé à quatre kilomètres de la frontière malienne.

Les assaillants sont arrivés dans la nuit et ont ouvert le feu. Trois policiers ont été tués dans cette nouvelle attaque qui a visé le poste de police d’Intangom, situé à quatre kilomètres de la frontière malienne. C’est le dernier poste de police burkinabè avant cette frontière malienne. De nombreux dégâts matériels sont à signaler également.

Les assaillants n’ont pas encore été identifiés. Une opération de ratissage a lieu pour essayer de les retrouver. Cette opération est menée par la police, la gendarmerie et l’armée. Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré a fait déplacer sur place une mission conduite par le ministre de la Sécurité intérieure. Font partie de la délégation, le chef d’état-major général des armées, le chef d’état-major de la gendarmerie nationale et le directeur général de la police.

Intangom est une localité située à 5km du Mali et à 18km du Niger : un triangle frontalier particulièrement dangereux, selon Simon Compaoré, le ministre de la Sécurité intérieure. D'après Simon Compaoré, difficile pour le moment de savoir si les assaillants sont venus du Niger ou du Mali, mais les premiers éléments indiquent que c'est à moto qu'ils ont rejoint Intangom, avant de se rendre à pied au poste de police et lancer l'attaque vers 23h.

« Il est difficile de sécuriser à 100% nos frontières, longues de plusieurs milliers de kilomètres, mais le maillage sécuritaire va être renforcé aux frontières avec le Mali et le Niger, qui sont les plus sensibles » souligne Simon Compaoré, qui confirme être en relation avec les autorités malienne et nigérienne sur ce dossier.

En fin de semaine dernière, c’est la capitale burkinabè qui était sous haute sécurité suite à une alerte. Tout le périmètre du commissariat central de police d’Ouagadougou avait été bouclé dans la nuit de dimanche à lundi. Il y a environ deux semaines, une autre attaque similaire avait fait deux blessés dans les rangs de la police nationale à Koudougou. Depuis plusieurs semaines maintenant, les postes de police au Burkina Faso sont la cible d’attaques d’individus non encore identifiés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.